NOUVELLES

Israël va transférer des milliers d'Africains vers des centres de détention

08/06/2012 11:08 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Le ministre israélien de l'Intérieur Eli Yishaï a affirmé vendredi qu'il espérait commencer bientôt le transfert de dizaines de milliers d'immigrés illégaux africains en Israël vers un centre de rétention en cours de construction et des camps de toile.

Jeudi, un tribunal israélien a autorisé l'expulsion d'environ 1.500 Sud-Soudanais en situation irrégulière après avoir rejeté un recours d'organisations de défense des droits de l'Homme.

M. Yishaï a déclaré à la radio publique qu'il comptait aussi obtenir le départ de 40.000 soudanais et Erythréens. "Il y a encore environ 15.000 soudanais et 35.000 immigrés d'Erythrée. Pour le moment je ne suis pas autorisé à les faire sortir".

Selon lui, les obstacles légaux devraient être levés et le gouvernement va proposer de verser une sommes d'argent à ceux qui accepteraient de partir volontairement. "Leur expulsion de gré ou de force est proche. Leur nombre menace l'identité juive" d'Israël, a ajouté le ministre.

Dans un premier temps, ils seront interpellés et transférés vers un centre de rétention en cours de construction dans le sud d'Israël pour un coût estimé à 67 millions de dollars. "Dès que cette installation sera prête de même que les camps de toile, dans quelques mois, nous commencerons à y transférer les immigrés".

Le ministre faisait allusion aux camps de toile pouvant accueillir de 20.000 à 25.000 immigrants illégaux, selon les médias. L'objectif est de s'assurer que ces immigrants seront directement transférés dans ces camps de toile et dans le centre de rétention où ils resteront pour de longues périodes et éviter ainsi qu'ils ne se dispersent dans les villes israéliennes.

Israël érige une clôture de 250 km le long de la frontière égyptienne pour tenter d'empêcher des infiltrations. Selon la radio militaire, 170 km de l'ouvrage sont déjà construits et le projet devrait être achevé d'ici la fin de l'année.

La présence en Israël de quelque 60.000 immigrés clandestins, la plupart Soudanais et Erythréens entrés par le Sinaï égyptien, a provoqué en mai des violences racistes et une vive polémique.

scw/jlr/tp

PLUS:afp