NOUVELLES

Hommage d'Yves Coppens à Phillip Tobias, "découvreur du premier homme"

08/06/2012 07:19 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Phillip Tobias, le paléoanthropologue sud-africain décédé jeudi à 86 ans, était "un grand personnage" de la science mondiale dont le nom restera associé à la découverte du premier homme, l'homo habilis, a souligné vendredi le paléontologue français Yves Coppens.

"Travailleur acharné", "merveilleux orateur et plein d'humour", Phillip Tobias était un anatomiste de génie qui "a produit une oeuvre considérable", a expliqué à l'AFP M. Coppens, membre de l'Académie des sciences et professeur au Collège de France.

"C'était un homme de laboratoire, amoureux de l'anatomie et du détail: sur un os, sur une mâchoire, la recherche du moindre petit pertuis, de la petite bosse ou d'un petit creux, c'est ça qui le fascinait", se souvient-il.

On lui doit un volume sur le crâne de l'australopithecus boisei découvert en 1959 en Tanzanie par le couple de chercheurs britanniques Mary et Louis Leakey.

Et deux volumes de plusieurs centaines de pages sur les restes fossiles attribués au premier homme, homo habilis, une découverte annoncée en 1964.

"Alors qu'on pensait que l'homme était apparu il y a 1,5 million d'années avec homo erectus, cette découverte nous a appris qu'homo erectus a été précédé par homo habilis il y a 3 millions d'années et que le genre humain était plus ancien", explique M. Coppens, collègue et ami de longue date de M. Tobias.

"Cela a conduit à redéfinir le genre humain", dit-il et Tobias est ainsi "le découvreur du premier homme".

Avec homo habilis, le genre humain est "debout, bipède et ne grimpe plus aux arbres contrairement aux australopithèques", ajoute M. Coppens.

Le genre humain, dont Phillip Tobias a surtout décrit le crâne, tandis que le Britannique John Napier en a analysé les membres, "est en gros un préhumain qui a dû s'adapter à un climat plus sec: c'est le premier à avoir des dents d'omnivore car il commence à manger de la viande du fait qu'il y a moins de végétaux et il doit inventer des stratégies de survie dans un milieu plus dangereux car il y a moins d'arbres, donc son cerveau augmente considérablement", poursuit M. Coppens.

Homme de convictions, opposé au régime raciste de l'apartheid, Phillip Tobias "n'avait jamais eu peur de professer ses opinions et dans nos métiers, on est bien placé pour dire que tous les humains ont la même origine", se souvient aussi M. Coppens. "On est tous dans le genre humain +homo+, de la même espèce +homo sapiens+ et de la même race +homo sapiens sapiens+".

Yves Coppens et Phillip Tobias ont publié ensemble "Les plus anciens Hominidés" (CNRS, 1976).

clr/liu/hba

PLUS:afp