NOUVELLES

Gabon: interpellation de l'organisateur du contre-forum du NY Forum Africa

08/06/2012 06:03 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Une figure de la société civile gabonaise proche de l'opposition, Marc Ona, qui voulait organiser un "contre-forum des indignés" au New-York Forum Africa, rencontre internationale à Libreville dédiée au développement en Afrique, a été interpellé vendredi matin, a-t-on appris de sources concordantes.

Prix Goldmann de l'Environnement 2009, Marc Ona a été interpellé en même temps qu'une dizaine de personnes alors qu'il voulait pénétrer dans une école privée de Libreville où il voulait organiser sa manifestation, a-t-il déclaré à l'AFP depuis le commissariat central.

"Quand je suis arrivé, les policiers m'ont demandé de m'identifier et ils m'ont interpellé. Je suis au commissariat central avec une dizaine de personnes", a-t-il précisé à l'AFP.

Son interpellation a été confirmée à l'AFP par plusieurs sources, dont des témoins.

Vendredi soir, M. Ona avait affirmé avoir reçu une lettre d'interdiction de son contre-forum mais avait fait part de sa volonté de "ne pas céder".

Le New-York Forum Africa à Libreville (8-10 juin), rencontre internationale dédiée au développement en Afrique, doit s'ouvrir vendredi après-midi dans la capitale gabonaise en présence notamment du président Ali Bongo.

Il rassemblera "1.000 participants de 5O pays différents", selon ses organisateurs.

Ce forum est "une vaste opération de communication alors que la situation sociale, économique et politique de notre pays connaît les dérives les plus régressives", a accusé dans un communiqué le porte-parole du "Front des Indignés", Gregory Ngbwa Mintsa, autre figure de la société civile arrêté avec Marc Ona en 2009 sous le régime d'Omar Bongo.

Georges Mpaga, autre membre de la société civile, lui aussi arrêté en 2009 pendant treize jours, a affirmé à l'AFP vouloir se rendre avec d'autres militants au commissariat central de Libreville "pour se constituer prisonniers". "S'ils arrêtent Marc Ona, qu'ils arrêtent tout le monde alors", a-t-il ajouté.

Lors de leur arrestation en 2009, les trois hommes avaient été accusés de dépasser leur rôle de membres de la société civile par le ministre de l'Intérieur André Mba Obame, aujourd'hui passé dans l'opposition.

pgf/hba/jlb

PLUS:afp