NOUVELLES

Euro-2012 - Pologne-Grèce: les Polonais déçus de leur match nul (MAGAZINE AMBIANCE)

08/06/2012 03:48 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Déception et amertume dominaient vendredi à Varsovie après le nul de la Pologne (1-1) contre la Grèce en match d'ouverture de l'Euro-2012, le sélectionneur Franciszek Smuda et le Premier ministre Donald Tusk se montrant cependant plus confiants en l'avenir.

"Un point, c'est déjà quelque chose. Certes, nous avons commis quelques fautes, surtout quand nous avons encaissé le but. Mais le premier match se termine le plus souvent par un résultat nul. Il nous reste deux rencontres qu'il faut remporter. Les joueurs étaient sous pression. Mais, je fais confiance à cette équipe et nous jouerons un bon match contre la Russie", a analysé Smuda.

Donald Tusk, présent au stade avec le président Bronislaw Komorowski, est lui convaincu que "rien n'est perdu", soulignant qu'"il faut remporter deux rencontres pour se qualifier".

Mais "ce qui fait mal, c'est que le résultat est encore meilleur que le jeu lui-même", a-t-il commenté, un brin amer. "Avec la Russie, il faudra jouer deux fois mieux", a-t-il ajouté.

Certains supporteurs sont beaucoup plus déçus et en veulent même au sélectionneur.

"L'équipe de Pologne s'est éteinte en seconde période et l'entraîneur n'a rien fait pour insuffler une énergie nouvelle. Il n'a remplacé personne", déclare à l'AFP Kuba Pijanowski, un étudiant de 22 ans.

"C'est une catastrophe!, renchérit Stanislaw Zajkowski, un quadragénaire venu avec son fils Stanislaw, 7 ans. Comment a-t-on pu égaliser dans un match qui était déjà gagné! Les Grecs jouaient a dix, ils étaient nuls lors de la première période. Ils ont égalisé par miracle. J'ai peur de ce qu'arrivera mardi!" face aux Russes.

Bonne ambiance

Lukasz, 25 ans, souligne avec tristesse: "On doit maintenant gagner contre les Russes, sinon on est éliminé".

Parmi les supporteurs, dont beaucoup arboraient un visage peint aux couleurs polonaises, blanc et rouge, certains ont tenu à positiver. "Nous n'avons pas à avoir honte", déclare Konrad Pustola, 37 ans.

"Un but magnifique de Lewandowski! Et le carton rouge pour Szczesny, injuste!", s'insurge Karolina, 38 ans.

Et l'ambiance générale entre supporteurs polonais et grecs était très amicale, les uns et les autres se photographiant ensemble à la sortie du stade.

Dans la fanzone, au coeur de la capitale polonaise, plus de 100.000 personnes brandissant drapeaux, écharpes, et vuvuzelas, se sont rassemblés pour suivre le match sur écran géant. L'accès en a même été fermé pendant un temps pour limiter l'affluence.

"Ca pouvait être mieux, mais c'est comme une demi-victoire. On a perdu un but bêtement alors qu'on aurait pu gagner le match. Nos gars se sont battus jusqu'à la fin. Mais avec les Russes, on va gagner, c'est sûr. Je reviens ici, à la fanzone mardi", analyse Tomasz Kowalik, 30 ans.

Même son de cloche chez Monika Klosinska, 19 ans, étudiante en BTP: "Bon, c'est pas si mal, au moins on n'a pas perdu. Match nul, c'est déjà quelque chose. Et l'Euro ne fait que commencer. Il faut rester optimiste".

Dinos Sarimvais, 30 ans, venu d'Athènes, se montre satisfait et plein d'espoir: "On aurait pu gagner en seconde période grâce à un jeu mieux organisé. Les Polonais ont eu de la chance avec le penalty. C'est de bon augure pour aller en quart. On va gagner contre les Tchèques et faire match nul avec la Russie. On rencontrera l'Allemagne en finale!"

sw-bo-amj-ea/mrm/sk

PLUS:afp