NOUVELLES

Euro-2012 - Groupe C - Espagne: Piqué-Ramos, mariage forcé?

08/06/2012 11:00 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

En l'absence de son complice habituel Carles Puyol, Gerard Piqué va devoir trouver ses marques avec un nouveau partenaire en défense centrale, en la personne de Sergio Ramos, et ce dès dimanche contre l'Italie pour l'entrée en lice de l'Espagne à l'Euro-2012.

Orphelin de son compère du FC Barcelone, forfait pour une blessure à un genou, Piqué se voit obligé de prendre ses marques aux côtés de Ramos, un joueur avec lequel il a jusqu'ici été très peu associé dans la charnière centrale de la Roja.

Pour corser la chose, la presse espagnole a fait courir ces dernières semaines des rumeurs sur de prétendues mauvaises relations entre les deux hommes, soi-disant irréconciliables en raison de la rivalité entre Barça et Real Madrid.

Interrogé sur cette possible inimitié entre ses deux défenseurs centraux, le sélectionneur Del Bosque, fidèle à ses habitudes, avait récemment dégonflé la polémique, sans pour autant la démentir.

"Ce sont deux jeunes hommes avec leurs différends mais qui ont un très bon fond et je suis certain qu'ils n'auront aucun problème entre eux", avait tenté d'apaiser Del Bosque.

Vendredi, en conférence de presse, à deux jours de défier l'Italie à Gdansk (groupe C), Piqué a balayé ces allégations d'un revers de la main. "Il y a une très bonne ambiance entre Ramos et moi".

Puis, affichant son plus beau sourire, le Barcelonais de 25 ans a tenu à rectifier: "je pense que les propos ont été sortis de leur contexte. Plus tôt dans la saison, il a aussi été dit que j'avais de mauvaises relations avec Guardiola (l'ancien entraîneur du Barça) et cela n'a jamais été le cas. C'est vrai qu'il y a eu une période de tension avec le Real, mais les choses ont ensuite été exagérées. Je me sens très fier de faire partie de cette équipe aux côtés de Sergio Ramos."

A en croire Piqué, il n'y aurait pas non plus d'incompatibilité majeure entre les deux hommes sur le plan du jeu.

"Bien sûr que Puyol me manque. Il est presque comme un frère pour moi. Et avec Ramos, nous nous connaissons moins qu'avec +Puyi+ que je pourrais trouver les yeux fermés. Mais je me sens à l'aise avec Sergio, de même qu'avec Albiol ou Javi Martinez", a ajouté Piqué.

A ce défi d'adaptation s'en ajoute un autre pour le champion du monde: celui de retrouver le niveau qui était le sien au cours du Mondial sud-africain.

Autant la saison de Sergio Ramos a été brillante, l'ancien latéral droit ayant explosé dans l'axe du Real Madrid, autant celle de Piqué a laissé à désirer.

D'abord ternie par les blessures, sa saison a aussi été, quoi qu'en dise le grand Catalan, perturbée par des relations d'amour-haine avec son ex-entraîneur au Barça, Guardiola.

Puis la malchance s'en est mêlée, en demi-finale retour de la Ligue des champions face à Chelsea, où Piqué a dû sortir dès la 25e minute, à la suite d'un choc avec son propre gardien, Victor Valdes.

Revenu en jambes en fin de saison comme l'a montré la finale de la Coupe du Roi remportée face à l'Athletic Bilbao (3-0), Piqué semble de nouveau prêt à contrarier les avant-centres adverses, à commencer dès dimanche par l'Italien Mario Balotelli. Même en étant orphelin de Puyol.

cle/nip

PLUS:afp