NOUVELLES

Décès du Libanais Ghassan Tuéni, diplomate et géant de la presse arabe

08/06/2012 01:58 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Ghassan Tuéni, un géant de la presse arabe et ancien diplomate libanais, est décédé vendredi à l'aube à l'âge de 86 ans, a rapporté An Nahar, le prestigieux quotidien dont il était propriétaire.

Cet homme élégant, sobre et extrêmement cultivé a été tour à tour député --à l'âge de 25 ans-- ministre, et ambassadeur du Liban auprès de l'ONU.

Sous sa direction, le quotidien An Nahar est devenu une "école" en soi de journalisme et un modèle pour la presse arabe, devenant célèbre pour sa défense des libertés dans une région qui était dominée par les médias gouvernementaux.

Il est considéré comme le principal artisan de la résolution 425 du Conseil de sécurité en 1978 qui a appelé Israël à retirer ses troupes après son invasion du sud du Liban, et qui ne se matérialisera qu'en 2000.

Francophone, il est né au sein d'une famille orthodoxe à Beyrouth en 1926. Son père, Gebrane Tuéni, est le fondateur du quotidien An Nahar à l'époque du mandat français, considéré comme le journal libanais de référence.

Sa vie a été marquée par des tragédies personnelles: son épouse Nadia Hamadé, plus connue sous le nom de Nadia Tuéni, la plus célèbre des poètes francophones libanais, meurt d'un cancer en 1983. Sa fille Nayla meurt également d'un cancer à l'âge de sept ans et son fils Makram décède plus tard dans un accident de voiture.

Son unique fils survivant, le député et journaliste Gebrane Tuéni, sera assassiné en 2005 dans la foulée des meurtres de personnalités hostiles au régime syrien du président Bachar al-Assad qui ont secoué le Liban depuis l'assassinat de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri.

Surnommé le "doyen des journalistes libanais", Ghassan Tuéni est l'auteur de plusieurs ouvrages en arabe et en français, dont "Une guerre pour les autres" (1985) sur la guerre civile au Liban.

rd-ram/vl

PLUS:afp