NOUVELLES

Dakar sollicite l'ONU et des pays occidentaux pour rapatrier ses "biens volés"

08/06/2012 10:54 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Le gouvernement sénégalais a sollicité l'appui de l'ONU et de puissances occidentales pour "recouvrer les biens publics spoliés et placés à l'étranger", a-t-on appris vendredi de source officielle, alors que des personnalités de l'ex-pouvoir sont interrogées dans le cadre d'audits.

"Le gouvernement du Sénégal a officiellement demandé l'appui de l'Initiative Star (Stolen Assets Recovery) gérée conjointement par la Banque mondiale et l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONDUC) comme il a également demandé l'appui des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne pour recouvrer les biens publics spoliés de l'Etat placés à l'étranger", indique un communiqué du ministère de la Justice transmis à l'AFP.

L'initiative Star, pour la restitution des avoirs volés, a été lancée en 2007 par la Banque mondiale, en partenariat avec l'ONUDC.

Elle vise à aider les pays en développement à recouvrer les avoirs volés par des dirigeants corrompus, à investir les fonds restitués dans des programmes de développement efficaces, et à combattre l'existence de refuges internationaux.

Des informations parues dans la presse locale, non confirmées officiellement, font état de sommes importantes placées à l'étranger par des responsables du pouvoir d'Abdoulaye Wade, qui a dirigé le Sénégal douze ans avant d'être battu au second tour de l'élection présidentielle en mars dernier par Macky Sall.

Cet appel du gouvernement sénégalais pour rapatrier "les biens spoliés" intervient alors que des personnalités de l'ex-pouvoir ont été auditionnées par la police, la gendarmerie et la justice dans le cadre d'enquêtes sur "l'enrichissement illicite".

Les nouvelles autorités sénégalaises ont récemment mis en place une Cour de répression de l'enrichissement illicite, dirigée par le magistrat Mandiougou Ndiaye, pour récupérer l'argent et les biens mal acquis et poursuivre les auteurs de détournement.

Le président Macky Sall avait annoncé que des audits seront menés au Sénégal dans un cadre "républicain" et sans "chasse aux sorcières".

mrb/cs/sba

PLUS:afp