NOUVELLES

Chine: pour le FMI, le yuan n'est plus que "moyennement sous-évalué"

08/06/2012 03:32 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

Le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué vendredi avoir revu sa position sur le niveau du taux de change de la monnaie chinoise, et qu'il ne jugeait plus désormais le yuan que "moyennement sous-évalué".

"Nous estimons désormais que le renminbi [l'autre nom du yuan, NDLR] est moyennement sous-évalué par rapport à un panier large de monnaies" étrangères, a indiqué à Pékin David Lipton, premier directeur général adjoint du FMI, selon le texte de son allocution mis en ligne par le Fonds sur son site internet.

M. Lipton a justifié cette assertion par le fait que, selon lui, "la Chine a fait des progrès considérables depuis plusieurs années pour réduire le déséquilibre de ses comptes extérieurs", largement excédentaires.

Jusque-là, le Fonds estimait que le yuan était "considérablement sous-évalué".

"L'excédent des comptes courants, par exemple a fortement baissé, pour passer de 10% du PIB en 2007 à 3% l'année dernière", a indiqué M. Lipton.

De plus, a-t-il dit, "la valeur réelle du renminbi pondérée en fonction du commerce extérieur [de la Chine] s'est appréciée", et "du fait de ces évolutions, la sous-évaluation du yuan s'en est trouvée réduite".

Après avoir réarrimé le yuan au billet vert au moment de l'intensification de la crise financière en 2008, Pékin a décidé en juin 2010 de permettre à sa devise à flotter plus librement par rapport au dollar en l'autorisant à fluctuer à l'intérieur d'une marge de plus ou moins 0,5% autour d'un cours pivot fixé quotidiennement par la banque centrale.

Cette marge a été élargie en avril à plus ou moins 1%.

La devise chinoise s'échageait vendredi au taux de 6,3703 yuans pour un dollar, ce qui traduit une appréciation du renminbi d'environ 7,2% par rapport à son niveau de la mi-juin 2010.

Dans son rapport semestriel sur les taux de change des grands partenaires commerciaux des Etats-Unis, le département du Trésor américain a salué fin mai les efforts entrepris par la Chine pour contribuer à l'appréciation de sa monnaie mais a exhorté Pékin a en faire davantage jugeant que le renminbi restait "considérablement sous-évalué".

Les Etats-Unis, comme les pays européens, estiment que le faible niveau du yuan confère un avantage compétitif injuste aux produits chinois importés sur leur sol et maintiennent la pression sur la Chine pour qu'elle hâte l'appréciation de sa monnaie.

Celle-ci répond invariablement que cela prendra du temps. L'idée sur laquelle s'entendent désormais les pays du G20 est de faire en sorte que le yuan devienne à terme totalement convertible et qu'ils soit intégré au panier de monnaie constituant le droit de tirage spécial (DTS), l'unité de compte du FMI, et actif de réserve international.

Lors de leur sommet de novembre en France, les chefs d'Etat et de gouvernement de ce groupe de pays riches, auquel participent Chine, Etats-Unis et Union européenne, ont indiqué que cela pourrait avoir lieu d'ici à 2015.

mj/sl/eg

PLUS:afp