NOUVELLES

Alvarez domine Hawk, conserve son titre NABO des mi-lourds par décision unanime

08/06/2012 10:55 EDT | Actualisé 08/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Eleider «Storm» Alvarez a défendu sans difficulté son titre NABO des mi-lourds face à Shawn Hawk, vendredi, dans le cadre du dernier gala Rapides et Dangereux de la saison du Groupe Yvon Michel.

Alvarez (9-0, 5 K.-O.), 15e aspirant à la ceinture de la WBO détenue par le Britannique Nathan Cleverly, a dominé de bout en bout le combat face au «Sioux Warrior» et a remporté par décision unanime des juges sa neuvième victoire en autant de combats professionnels.

Le Colombien d'origine a reçu des pointages de 118-109, 119-108 et 119-108 pour signer cette victoire.

Pour Hawk (23-2-1, 17 K.-O.), il ne s'agit que d'un deuxième revers en 26 combats.

Dès le premier assaut, Alvarez a imposé son rythme, plaçant plusieurs bons coups en puissance. Après un deuxième plus tranquille, tout de même remporté par Alvarez, ce dernier s'est permis un peu d'arrogance au troisième, y allant de quelques moulinets de la droite.

Épuisé d'avoir reçu autant de coups, Hawks s'est mis à accrocher au quatrième. L'Américain n'avait pas d'autre choix, incapable qu'il était de rentrer à l'intérieur sans se faire toucher solidement.

«Storm» Alvarez a laissé sortir la tempête au cinquième, envoyant une pluie de coups sur Hawks, prisonnier des câbles. Le boxeur de Kansas City a cependant résisté aux assauts d'Alvarez, qui a dû recevoir les remontrances de son entraîneur à son retour dans le coin.

«Je lui ai dit que c'était stupide de s'être lancé à l'assaut comme ça sans avoir analysé la situation, a indiqué son entraîneur, Marc Ramsay. C'est une erreur de recrue que font tous les boxeurs. J'ai vu Joachim Alcine la faire, Jean Pascal, David Lemieux...

«Les gars se lancent à l'assaut de leur adversaire sans vraiment savoir s'ils sont vraiment ébranlés ou blessés. Il faut savoir mieux gérer ces moments.»

«C'est un vieux réflexe d'amateur, a pour sa part expliqué Yvon Michel, président de GYM. Chez les amateurs, quand tu te lances à l'assaut d'un adversaire comme Eleider l'a fait ce soir, l'arbitre arrête le combat. Chez les professionnels, il va attendre de voir si le boxeur est vraiment en difficultés.»

Après quelques rounds plus tranquilles, Alvarez a réservé une autre pluie de coups à Hawk au 10e, mais l'Américain a refusé de baisser pavillon, réservant même ses meilleurs coups du combat aux 11e et 12e rounds, se sachant sûrement battu à moins d'inscrire un K.-O., qui n'est finalement pas venu.

Alvarez souhaite maintenant que ce premier combat de 12 rounds lui permette de franchir une autre étape dans sa carrière.

«Je savais que ce combat en était un très important pour ma carrière. J'espère maintenant qu'il mènera à un combat éliminatoire», a indiqué Alvarez dans un français fort respectable. Le boxeur de 28 ans était particulièrement heureux d'avoir pu se battre 12 rounds.

«On se prépare toujours pour 12 rounds, même si on doit livrer quatre, six, huit ou 10 rounds. Mais c'était la première fois en combat et je me sens très bien.»

GYM aimerait maintenant ajouter Alvarez à sa carte du 11 août prochain, alors que Jean Pascal (26-2-1, 16 K.-O.) tentera de ravir la ceinture de mi-lourds de l'IBF à Tavoris Cloud (24-0, 19 K.-O.), un gala au cours duquel Adonis Stevenson (18-1, 15 K.-O.) livrera également un combat.

PLUS:pc