NOUVELLES

WikiLeaks: des agents du département d'Etat à l'audience de Bradley Manning

07/06/2012 10:36 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Trois employés du département d'Etat sont appelés à témoigner jeudi à Fort Meade (Maryland, est) lors d'une audience préliminaire au procès en cour martiale du soldat américain Bradley Manning, l'informateur présumé du site WikiLeaks.

Ces trois employés, dont ni le nom ni le titre n'avaient été révélés jeudi matin, devaient être interrogés sur les "éléments de preuves" détenus par la diplomatie américaine, a indiqué un expert juridique sur la base militaire de Fort Meade.

Les témoins appelés par la défense devaient sans doute s'exprimer sur "l'évaluation des conséquences" pour la diplomatie américaine des fuites de documents militaires et diplomatiques dont Bradley Manning est accusé.

Les avocats cherchent à obtenir au cours de ces trois jours d'audiences préliminaires l'abandon de dix des 22 chefs d'inculpation qui pèsent contre Bradley Manning.

Le soldat de 24 ans est accusé d'avoir transmis à WikiLeaks, entre novembre 2009 et mai 2010, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, et 260.000 dépêches du département d'Etat. L'organisation créée par Julian Assange les avait ensuite mis en ligne, déclenchant une tempête dans la diplomatie mondiale.

Le gouvernement américain affirme que ces fuites avaient mis en danger sa sécurité nationale. Aucun rapport évaluant précisément les conséquences n'a été pour l'heure publié.

La défense de Bradley Manning a réclamé mercredi à Fort Meade, dans le cadre d'une requête déposée devant la cour martiale, de pouvoir obtenir des milliers de pages de documents du FBI, de la CIA, des ministères de la Justice et de la Défense ainsi que d'autres agences gouvernementales.

Elle a d'ores-et-déjà obtenu l'aval de la juge Denise Lind pour se faire remettre un rapport de la DIA, l'agence de renseignement du Pentagone, ainsi qu'une estimation du département d'Etat, dont les trois agents pourraient parler jeudi.

Manning encourt la perpétuité. Il n'a pas annoncé s'il plaiderait coupable ou non coupable. Le début de son procès est pour l'heure fixé au 21 septembre mais "tout changement du calendrier pourrait avoir un impact sur le procès", a observé le même expert juridique. La juge a ordonné mercredi la tenue d'audiences préliminaires supplémentaires.

chv/eg

PLUS:afp