NOUVELLES

Une décision relative à l'extradition de Magnotta sera rendue sous peu

07/06/2012 04:07 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

BERLIN - Une décision concernant l'extradition au Canada de Luka Rocco Magnotta, soupçonné d'avoir tué un étudiant chinois de 33 ans à Montréal et de l'avoir démembré, sera rendue d'ici quelques jours, a indiqué jeudi le bureau du procureur allemand.

Le porte-parole Martin Steltner a indiqué que les procureurs avaient demandé à la cour que le jeune homme de 29 ans soit transféré dans une autre unité de détention en attendant l'extradition.

Magnotta a été arrêté lundi à Berlin à la suite d'une chasse à l'homme internationale. Il est soupçonné d'être l'auteur du meurtre sordide de Jun Lin, et d'avoir envoyé des parties de son corps par la poste à des partis politiques à Ottawa et à deux écoles de Vancouver.

La police de Los Angeles enquête également sur les activités récentes de Luka Rocco Magnotta. Les enquêteurs ont contacté les policiers de Montréal en rapport avec la découverte d'un corps démembré en Californie et qui présenterait des similitudes avec le présumé meurtre de Jun Lin.

Selon le porte-parole de la police Los Angeles, Bruce Borihanh, lorsque des cas analogues se produisent, les deux pays partagent les informations afin de voir s'il pourrait y avoir des liens. «Nos enquêteurs tentent de déterminer avec les policiers canadiens où se trouvait Magnotta lors du meurtre survenu dans les collines de Hollywood. C'est tout.»

En janvier, la tête d'un homme logée dans un sac d'épicerie a été retrouvée par un homme qui promenait son chien. Ses mains et ses pieds ont été retrouvés plus tard dans un trou. La police a toutefois précisé qu'elle n'avait établi aucun lien entre le meurtre de Los Angeles et celui de Montréal. Elle tente seulement de savoir où il se trouvait pendant ce temps. En plus de Montréal et Berlin, Magnotta aurait séjourné à Los Angeles, Miami, New York, Paris et Londres.

Le consulat chinois à Montréal a annoncé jeudi que des dons à la mémoire de Lin Jun pourraient être versés à l'Association des étudiants chinois et l'Association des boursiers de l'université Concordia où il étudiait.

La décision quant à l'extradition de Magnotta sera rendue au plus tôt la semaine prochaine, a confirmé Martin Steltner. Le processus d'extradition pourrait cependant être prolongé si l'accusé décidait de contester son rapatriement au Canada. Magnotta a toutefois indiqué à la police qu'il n'avait pas l'intention de s'opposer à son retour au pays.

Le gouvernement allemand devra également approuver l'extradition de Magnotta, une étape qui est considérée comme une simple formalité.

L'avocate allemande qui représente Magnotta, Evelyn Ascher, a refusé de commenter l'affaire. Elle a soutenu, dans un courriel, qu'elle n'accorderait pas d'entrevues puisque le nombre de demandes est beaucoup trop important.

L'enquête sur le meurtre de Jun Lin s'est amorcée la semaine dernière, lorsque des colis contenant un pied et une main ont été reçus aux bureaux nationaux des partis conservateur et libéral à Ottawa. Plus tôt cette semaine, l'enquête s'est déplacée à Vancouver, alors que deux écoles ont reçu d'autres restes humains. La police mène présentement des tests d'ADN pour déterminer si ces restes appartiennent bel et bien à Jun Lin.

Les enquêteurs ont révélé que Magnotta avait filmé le meurtre et le démembrement de la victime, et diffusé la vidéo sur Internet. Ils ont également indiqué qu'on peut voir Magnotta manger certaines parties du corps dans le film.

Une copie de la vidéo visionnée par l'Associated Press ne permet pas de voir une scène de cannibalisme, bien qu'on y voie un homme utiliser une fourchette et un couteau. La police a laissé entendre qu'elle avait en sa possession une version plus longue de la vidéo.

Magnotta a été arrêté par la police lundi à Berlin, alors qu'il furetait l'Internet dans un cybercafé. Il était arrivé dans la capitale allemande samedi dans un autocar en provenance de Paris.

Il a séjourné chez un ami — ou une connaissance rencontrée sur Internet — pendant deux nuits avant d'être capturé, a soutenu le porte-parole Martin Steltner. Les enquêteurs allemands sont à la recherche d'informations sur cette personne.

PLUS:pc