NOUVELLES

Un réseau de pornographie juvénile démantelé aux États-Unis

07/06/2012 05:54 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

INDIANAPOLIS - Les autorités américaines ont démantelé un réseau de pornographie juvénile qui produisait et distribuait des images sexuellement explicites impliquant des bébés et de très jeunes enfants, a annoncé le bureau du procureur général des États-Unis jeudi.

Le réseau avait des ramifications aux États-Unis et en Europe. Plus de 20 suspects ont été arrêtés dans neuf États américains. Les autorités enquêtent toujours sur d'autres suspects aux États-Unis, en Suède, en Serbie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Sept hommes américains ont été reconnus coupables et condamnés à diverses peines en lien avec cette affaire. Trois d'entre eux ont été condamnés mercredi, a indiqué le bureau du procureur. Deux autres hommes ont plaidé coupable et attendent de connaître leur peine.

«Cette opération a révélé au grand jour un groupe dangereux et dépravé de criminels qui se dédiait à échanger des images explicites d'enfants âgés de moins de cinq ans», a déclaré l'adjoint du procureur général des États-Unis, Larry Breuer, dans un communiqué.

Un assistant du procureur général, Josh Minkler, a déclaré que plus de 20 enfants avaient été victimes d'agressions sexuelles dans le cadre de la production d'images de pornographie par le réseau.

Le «plus important producteur de pornographie juvénile» est un jeune homme âgé de 26 ans, a indiqué un autre assistant du procureur, Brant Cook.

Cet homme, David Bostic, a persuadé des parents de lui confier leurs enfants pour les garder et les a agressés sans que les parents en aient eu connaissance, selon les autorités. Il a été arrêté en novembre 2010 dans sa résidence de l'Indiana, où les autorités ont découvert des centaines de photos et de vidéos compromettantes impliquant de très jeunes enfants, dont certains âgés d'à peine deux mois.

David Bostic a été reconnu coupable de 65 chefs d'accusation et a été condamné à 315 ans de prison.

Les enquêteurs ont minutieusement examiné l'ordinateur de cet homme, ce qui les a menés à d'autres membres du réseau. Selon un autre assistant du procureur, Steve DeBrota, les membres du réseau se rencontraient en ligne et échangeaient des photos et des vidéos par courriel.

M. DeBrota a déclaré devant les journalistes qu'un des suspects possédait l'image de l'échographie d'un bébé que les procureurs ont qualifié de future victime potentielle. Il a refusé de donner plus de détails parce que l'enquête est toujours en cours.

«Nous avons des exemples de délinquants qui planifiaient d'avoir des enfants dans le but d'en faire leurs victimes», a dit M. DeBrota.

PLUS:pc