NOUVELLES

Un forcené prend un gardien en otage au siège de Météo France à Toulouse

07/06/2012 02:41 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

TOULOUSE, France - Un homme armé d'un fusil de chasse a retenu en otage un gardien de sécurité du siège de Météo France durant cinq heures à Toulouse, jeudi, avant d'être grièvement blessé par l'assaut de la police d'élite.

Le procureur de la République à Toulouse, Michel Valet, a confirmé que l'agent de sécurité pris en otage, âgé de 56 ans, avait été «récupéré sain et sauf» à l'issue de l'assaut du Groupe d'intervention de la police nationale. Aucun policier n'a été blessé durant l'intervention, a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse.

Le forcené a été opéré dans l'après-midi au centre hospitalier de Purpan et sa vie est en danger, a précisé M. Valet. L'homme présente deux blessures, une première «très grave» à l'abdomen provenant d'un tir des policiers, et une seconde blessure «superficielle» au cou qui «pourrait provenir d'une arme blanche avec lequel il se serait lui-même blessé», selon le procureur de la République.

Cet homme de 52 ans, armé d'un fusil de chasse de calibre 16 à canon juxtaposé, est arrivé en voiture vers 5 h du matin au poste de garde du siège social de Météo France à Toulouse. Il a pris en otage un agent de sécurité alors que son collègue était parti effectuer une ronde de surveillance dans l'édifice. Les services de police ont été alertés vers 6 h 45.

C'est à son retour au poste de garde que l'agent de sécurité a constaté l'absence de son collègue et a décidé d'appeler l'agent sur son téléphone portable.

«Dans un premier temps, cela n'a pas répondu et dans un deuxième temps, il a essayé de répondre et le preneur d'otage s'est emparé du téléphone, a dit quelques mots qui ont permis de réaliser qu'on était en présence d'une action criminelle et d'une prise d'otage. C'est là que la police a été alertée et s'est rendue sur les lieux», a expliqué M. Valet.

Des échanges par le biais du téléphone de l'agent séquestré ont permis d'engager un dialogue avec le forcené, qui s'est révélé «extrêmement difficile», a ajouté le magistrat.

«On avait affaire à quelqu'un qui n'était pas sur un terrain rationnel, mais complètement irrationnel. Quand on essayait de comprendre les raisons de son acte, il nous répondait qu'on savait ce qui le poussait à agir. Or, à l'heure qu'il est, nous sommes incapables de dire quelles raisons l'ont animé», a souligné Michel Valet, en ajoutant que le forcené avait fait état d'une «mafia roumaine» qui dirigerait le pays.

Vers 11h15, les policiers se sont déplacés vers le bâtiment où le preneur d'otage s'était retranché. L'homme a tiré un premier coup de feu d'intimidation avec un fusil de chasse. Au total, au moins sept coups de feu ont été tirés par le forcené et quatre par les policiers, dont deux avec des balles en caoutchouc, a précisé Michel Valet.

PLUS:pc