Le conseil municipal de Toronto vote contre les sacs de plastique jetables

Publication: Mis à jour:
PLASTIC BAGS
Alamy

TORONTO - Toronto est devenue la première ville canadienne d'importance à choisir de se débarrasser des sacs de plastique jetables.

Mercredi soir, le conseil municipal a adopté une motion visant à éliminer la taxe de cinq cents sur chaque sac, une proposition qui était soutenue par le maire Rob Ford. Le conseil est toutefois allé plus loin, votant quelques minutes plus tard, à 24 contre 20, en faveur de l'élimination des sacs de plastique à partir du 1er janvier prochain, pour des raisons environnementales.

Le maire Ford était en désaccord avec cette motion, rappelant que les sacs de plastique sont utiles dans plusieurs contextes.

Tout en qualifiant le geste du plus stupide que le conseil ait porté, le maire de Toronto a blâmé la population qu'il tient responsable. «C'est la faute des électeurs» a-t-il déclaré à la station de radio AM 640, jeudi, en ajoutant que cela démontrait que les gens devraient surveiller davantage les politiciens municipaux et s'opposer à ce genre de décisions.

Il serait difficile, selon lui, d'annuler cette motion, cela exigerait 30 votes sur 45 pour la défaire. Il faudrait donc que la population se manifeste. «S'il y avait 2000 personnes qui descendaient dans la rue, aujourd'hui, pour exiger le retour des sacs de plastique, les conseillers seraient alors forcés de les écouter.»

Il y a cinq ans, la municipalité de Leaf Rapids, au Manitoba, devenait la première ville canadienne à éliminer les sacs de plastique jetables.

Le mois dernier, Los Angeles a également choisi de bannir les sacs de plastique d'ici un an, devenant la plus grosse ville américaine à faire ce choix. Les détaillants devront ensuite faire payer 10 cents pour chaque sac de plastique demandé par un client.

Au Québec, le porte-parole d'Équiterre, Steven Guilbeault, estime qu'on assiste à une prise de conscience des citoyens et de leurs élus municipaux. Selon les chiffres de l'organisme, 95 pour cent des consommateurs québécois ont déjà pris le virage écologique et n'utilisent que des sacs réutilisables lors de leurs achats.

M. Guilbeault croit que les initiatives des villes de Toronto, Leaf Rapids et Los Angeles devraient inspirer les gouvernements provinciaux et fédéral. À son avis, il suffit qu'une province prenne les devants en la matière pour que d'autres emboîtent le pas.

Le porte-parole d'Équiterre regrette néanmoins qu'il reste encore 10 milliards de sacs en plastique jetables qui sont toujours en circulation au Canada à chaque année. Selon Steven Guilbeault, 4 pour cent de la production mondiale de pétrole servent uniquement à la fabrication de ces sacs qui sont une grande source de pollution.