NOUVELLES

Talbissé pilonnée par les troupes syriennes (vidéos, ONG)

07/06/2012 10:54 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Les troupes syriennes bombardaient violemment jeudi Talbissé, semant la panique dans cette localité de la province de Homs (centre) selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) et des vidéos de militants.

Trois civils, dont une enfant, et un rebelle ont été tués dans cette ville, située à 10 km de la frontière libanaise, qui était bombardée par des hélicoptères, selon l'OSDH.

Des images diffusées par la chaîne satellitaire arabe Al-Arabiya montrent des habitants en fuite dans une rue, poursuivis par un nuage de poussière, dans un vacarme de puissantes explosions. Des hommes armés évacuant un blessé en toute hâte sont également visibles.

"Ils nous bombardent, que Dieu les punisse", se lamente une femme réfugiée dans un abri, selon d'autres images, tandis que la détresse se lit sur le visage d'une autre femme et d'un enfant.

Dans une vidéo mise en ligne par des militants anti-régime, une dame âgée sur une chaise roulante reçoit l'aide de jeunes gens pour quitter les mêmes lieux.

Dans la même province, deux civils ont été tués dans la ville même de Homs, dont un dans le quartier de Jobar, bombardé par les forces régulières, et un troisième par des tirs venus d'un barrage à Kafar Aya.

Au total, 28 personnes, dont 19 civils, ont été tués jeudi en Syrie, au lendemain du massacre à Al-Koubeir (centre) qui a fait 55 morts, dont des femmes et des enfants, tués selon l'opposition et l'OSDH par des forces fidèles au régime. Damas a démenti que ce massacre ait eu lieu.

Dans la province de Lattaquié (nord-ouest), où des renforts ont été envoyés vers la région d'Al-Haffa, huit civils ont été tués dans des bombardements, et deux rebelles et quatre soldats ont péri dans des combats, selon l'ONG. Au moins 35 autres militaires ont été blessés.

Dans la province d'Alep, un civil a été tué par les tirs venus d'un barrage à la périphérie de la ville d'Azaz et un autre a péri dans un bombardement de la localité de Deir Jamal par les forces régulières qui tentent de reprendre cette ville des mains des rebelles.

Dans la ville de Douma, province de Damas, un civil a été tué par balles et dans la capitale, un autre a été tué dans le quartier de Qaboun, traditionnellement anti-régime.

Un civil a été tué par ailleurs à Ariha dans la province d'Idleb (nord-ouest) par un tireur embusqué.

A Deraa (sud), un juge militaire et un officier ont été tués par balles alors qu'ils se trouvaient devant le bâtiment abritant le tribunal de la ville, selon l'OSDH. L'agence officielle Sana a rapporté de son côté qu'"un groupe terroriste armé a assassiné le juge militaire de Deraa, Bassem Souheil Moustapha, et son chauffeur", précisant que la fille du juge avait été grièvement blessée au ventre.

A trois kilomètres de Deraa, de violents combats se déroulaient à Tafas entre armée et rebelles, selon l'OSDH et des militants.

"La ville de Tafas est bombardée à coups de mortiers depuis cinq fronts différents", a affirmé à l'AFP Louaï, un militant sur place.

"Des champs agricoles ont été incendiés et des maisons détruites par les forces du régime", a-t-il ajouté.

ram/cco

PLUS:afp