NOUVELLES

Syrie: Annan exprime "horreur et condamnation" face au massacre d'Al-Koubeir

07/06/2012 11:29 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Le médiateur international Kofi Annan a exprimé jeudi son "horreur et sa condamnation" à la suite du massacre de Al-Koubeir (centre de la Syrie) et a souhaité une action internationale plus ferme et plus unie pour faire appliquer son plan de paix.

S'adressant à l'Assemblée générale de l'ONU, l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe a exprimé "son horreur et sa condamnation à la suite du nouveau massacre de dizaines de civils dont des femmes et des enfants" commis mercredi à Al-Koubeir, dans la province de Hama (centre).

"Les responsables doivent être punis. Nous ne pouvons pas laisser des massacres devenir la réalité de tous les jours en Syrie", a-t-il déclaré en déplorant que "la crise s'aggrave, la violence empire" dans le pays.

"Si les choses ne changent pas, l'avenir (de la Syrie) sera sans doute la répression brutale, les massacres, la violence sectaire et une guerre civile totale", a-t-il produit, ajoutant: "tous les Syriens seront perdants".

Rappelant que la communauté internationale soutenait son plan de manière unie, il l'a appelée à "élever le niveau de cette unité" et à "agir vite" pour mettre fin à cette violence et résoudre la crise syrienne.

"En toute franchise, je me dois de confirmer que le plan (de paix en Syrie) n'est pas appliqué", a-t-il reconnu. "Il est évident que le temps est venu de déterminer ce que nous pouvons faire de plus pour garantir l'application de ce plan et/ou quelles autres options existent pour traiter cette crise", a-t-il expliqué, sans faire de propositions précises à ce propos.

Demander l'application du plan Annan n'est pas suffisant, a-t-il souligné. "Il faut aussi déclarer clairement qu'il y aura des conséquences si le plan n'est pas appliqué". Il faut également "baliser plus clairement la voie vers une transition pacifique" en Syrie.

"Si nous nous rassemblons vraiment et parlons d'une seule voix, je pense qu'il est possible d'éviter le pire et de permettre à la Syrie de sortir de cette crise", a-t-il conclu.

M. Annan doit ensuite s'adresser jeudi après-midi au Conseil de sécurité de l'ONU. Selon des diplomates à l'ONU, il devrait proposer la création d'un nouveau groupe de contact international sur la Syrie qui comprendrait les Occidentaux mais aussi la Russie et la Chine, fidèles alliés de Damas.

avz/eg

PLUS:afp