NOUVELLES

Réunion ONU-UA-Cédéao sur une possible intervention militaire au Mali

07/06/2012 09:22 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Une réunion de responsables de l'ONU, de l'Union africaine et de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) s'est ouverte jeudi à Abidjan pour évoquer une possible intervention militaire au Mali, dont le Nord est occupé depuis plus de deux mois par des groupes armés.

Cette réunion doit examiner notamment s'il est nécessaire "de faire adopter et de mettre en oeuvre par le Conseil de sécurité de l'ONU une résolution" permettant "une intervention militaire pour le dénouement de la crise", a déclaré le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, dont le pays préside actuellement la Cédéao.

"Nous avons un devoir historique de nous mettre d'accord sur une stratégie commune, d'arrêter les modalités d'action, y compris les mesures militaires, et une feuille de route où le rôle de chacun sera bien défini dans l'esprit des responsabilités partagées", a affirmé Kadré Désiré Ouédraogo, président de la Commission de la Cédéao.

"Le respect de l'unité et de l'intégrité territoriale du Mali ne peut faire l'objet d'aucune discussion ou négociation", a souligné de son côté le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, déplorant "le renforcement de l'emprise de groupes armés et terroristes" dans le Nord.

"Le parachèvement de la normalisation institutionnelle est crucial" pour permettre de restaurer l'autorité de l'Etat dans le Nord, a-t-il souligné, appelant l'ex-junte installée à Bamako après le putsch du 22 mars, comme les groupes qui la soutiennent, à ne se livrer à aucune "interférence" fragilisant les institutions de transition.

Le représentant de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest, Saïd Djinnit, ainsi que des délégués de l'Algérie et de la Mauritanie, sont également présents à Abidjan, parmi de nombreux participants.

Alors que le Mali s'enfonce dans la partition et que la médiation de la Cédéao piétine, le chef de l'Etat béninois et président en exercice de l'UA, Thomas Boni Yayi, a lancé le 30 mai l'idée d'une saisine du Conseil de sécurité de l'ONU en vue de la création d'une force africaine d'intervention au Mali.

ck-tmo/sd

PLUS:afp