NOUVELLES

Roland-Garros - Sharapova: "Une journée très spéciale pour moi"

07/06/2012 02:53 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Maria Sharapova a vécu "une journée très spéciale" à Roland-Garros où elle a atteint jeudi sa première finale et retrouvé la place de N.1 mondiale après sa victoire 6-3, 6-3 sur Petra Kvitova.

Après avoir reçu un bouquet de fleurs et le trophée de la N.1 mondiale, la Russe est revenue sur son retour au sommet avant la grande finale samedi face à l'Italienne Sara Errani.

Q: Ca a été une journée parfaite?

R: "Oui, c'est incroyable d'être de retour à la place de N.1. Il y a quelques années je ne savais pas si je pouvais rejouer au tennis à ce niveau. Et en plus une première finale de Roland-Garros pour moi. C'est une journée très spéciale pour moi, sans aucun doute. Cela a été un long chemin, fait de beaucoup de frustrations, d'incertitudes. Je ne savais pas si j'allais revivre un moment comme celui-ci. J'ai dû traverser beaucoup de choses pour arriver jusque-là. Maintenant que j'y suis je me dis que ça en valait la peine. Je joue au tennis depuis l'âge de 4 ans et lorsqu'on me l'a enlevé je me suis rendu compte à quel point j'aimais ça."

Q: A quoi avez-vous pensé à la balle de match?

R: "Déjà je n'en revenais pas d'avoir réussi un ace sur deuxième balle. Ce n'est pas le premier de ma carrière mais quand-même (rires). J'ai d'abord pensé à cette place en finale de Roland-Garros. Je ne sais pas s'il y en a beaucoup dans cette pièce qui pensaient que j'en étais capable. Moi-même je ne savais pas si j'en aurais les moyens physiques. J'ai été solide. C'est ce qu'il fallait aujourd'hui. C'était difficile de faire un grand match à cause des conditions de jeu. La patience a été un facteur important."

Q: Et maintenant?

R: "Ce n'est pas fini. Lorsqu'en arrive en finale il faut repartir au combat, continuer avec la même intensité, jouer encore mieux même. Quant à la place N.1 mondiale, je suis contente et fière d'être revenue au sommet. J'espère y rester longtemps. C'est la place que tout le monde veut et c'est plus difficile de la garder que de la prendre. Cela va être un autre défi."

Propos recueillis en conférence de presse

jk/jde

PLUS:afp