Une manifestation d'étudiants est prévue lors d'un cocktail du Grand Prix

Publication: Mis à jour:
GRAND PRIX MONTREAL
Une manifestation d'étudiants est prévue lors d'un cocktail du Grand Prix. | Alamy

MONTRÉAL - La soirée a été riche en contrastes. Alors que le tapis rouge était déroulé au cocktail d'ouverture du Grand Prix de Formule 1 de Montréal, des milliers de manifestants parcouraient les rues de la métropole au cours de trois manifestations distinctes pour réclamer davantage de justice et d'équité.

La première manifestation s'est ouverte sous le coup de 17h. La Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) avait convié les protestataires dans le sud-ouest de Montréal pour perturber le cocktail de lancement du Grand Prix.

Mais le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait quadrillé le secteur, empêchant les manifestants de s'approcher de l'espace d'art contemporain Arsenal, dans le quartier Griffintown, où se tenait la soirée mondaine.

Les policiers n'ont tout de même pas tardé à intervenir. Quelques minutes après le début du rassemblement, le SPVM a déclaré la manifestation illégale.

Des policiers de l'escouade antiémeute ont alors encerclé plus d'une centaine de manifestants à l'angle des rues Notre-Dame et des Seigneurs. Ils ont été pris en souricière pendant plus d'une heure.

Un porte-parole du SPVM, Simon Delorme, avait alors affirmé que ces manifestants étaient détenus «de manière temporaire». Au terme de l'opération, dix-huit personnes ont été arrêtées.

Le commandant Ian Lafrenière du SPVM a indiqué que ces manifestants avaient commis des gestes illégaux ou que les policiers avaient de bonnes raisons de croire qu'ils étaient sur le point de commettre un acte illégal.

Certains manifestants pourraient faire face à des accusations criminelles, alors que d'autres pourraient être accusés en vertu du règlement municipal interdisant le port du masque.

Aux alentours de 18h30, les policiers ont demandé aux manifestants de se disperser. Ceux-ci ont alors quitté le sud-ouest de la ville pour se diriger vers la rue Crescent, où se déroulait une partie des festivités entourant le Grand Prix.

Une deuxième scène d'affrontements a alors eu lieu. Des projectiles ont été lancés à l'endroit des policiers, qui ont répliqué en aspergeant les manifestants de gaz irritant. Les policiers ont procédé à une deuxième vague d'arrestations.

En tout, le SPVM a annoncé avoir procédé à 37 arrestations au cours de la soirée.

La manifestation de la CLAC visait à dénoncer la tenue du Grand Prix, symbole de la concentration de la richesse et des inégalités sociales.

Vers 19h30, plusieurs centaines d'étudiants s'étaient donnés rendez-vous à la place du Canada, au centre-ville, pour une «manufestation».

L'Association facultaire des étudiants en arts de l'UQAM avait invité les manifestants à s'exprimer dans leur plus simple appareil, pour exprimer leur rejet de l'étiquetage social imposé par la société de consommation.

La manifestation a été déclarée illégale puisque les policiers n'avaient pas reçu l'itinéraire. Ils ont toutefois laissé les militants sillonné les rues de la métropole. Ceux-ci ont notamment traversé la Place des festivals où s'étaient ouverts, plus tôt en soirée, les Francofolies de Montréal.

Un peu plus tard, vers 20h30, la traditionnelle manifestation étudiante nocturne s'est mise en branle à partir de la Place Émilie-Gamelin. Elle s'est rapidement fusionnée à la marche nudiste.

Pendant ce temps, le gratin de la communauté artistique et sportive québécoise participaient au cocktail d'ouverture du Grand Prix de Montréal.

La soirée intitulée «Le grand soir» s'est déroulée sous la présidence du grand patron de la Formule 1, Bernie Ecclestone, et de l'homme d'affaires et ancien ministre Michael Fortier.

Plusieurs joueurs du Canadien ont foulé le tapis rouge, dont P.K. Subban, David Desharnais et Louis Leblanc. De nombreuses personnalités du monde artistique étaient également de la fête, dont Mitsou Gélinas et Gregory Charles.

Interrogé sur les manifestations qui se déroulaient à l'extérieur, l'ancien pilote de Formule 1, Jacques Villeneuve, a été cinglant à l'endroit des étudiants, les traitant tour à tour de fainéants et de «rebelles sans cause».

Le fondateur du festival Juste pour rire, Gilbert Rozon, a demandé, une fois de plus, aux militants de ne pas perturber les grands événements touristiques de la métropole.

«Toute forme d'intimidation me donne encore plus de force, a-t-il soutenu. Je suis d'accord avec le fait que les gens face valoir paisiblement leurs opinions, mais si on essaye d'intimider ou d'empêcher un événement comme celui-ci d'exister je trouve ça dommage.»

Bernie Ecclestone, qui a déjà loué «l'efficacité» d'Adolf Hitler, n'a pas semblé s'en faire outre mesure avec les menaces de perturbation. Il a toutefois tenté de dissuader toute personne de s'aventurer sur la piste de course. «Ce serait terrible si quelqu'un mourrait comme ça, en courant sur la piste», a-t-il déclaré.

Les billets pour la soirée d'ouverture du Grand Prix coûtaient 1000 $ chacun. Tous les bénéfices de la soirée seront versés aux fondations du CHU Sainte-Justine et de l'Hôpital Sacré-Coeur de Montréal.

Une épée de Damoclès menace le Grand Prix de Montréal depuis la rupture des négociations entre le gouvernement Charest et les leaders étudiants, la semaine dernière.

Plus tôt jeudi, le premier ministre Jean Charest avait lancé un appel au calme. «Quand on s'attaque au Grand Prix, on ne s'attaque pas au gouvernement du Québec mais bien à tous les Québécois», avait-il soutenu.

M. Charest avait aussi souligné que c'était l'un des événements touristiques les plus importants au Canada.

Les manifestants prévoient poursuivre leurs activités de perturbation tout au long de la fin de semaine.

Pour la journée de dimanche, des militants prévoient converger en métro à l'île Sainte-Hélène, à proximité de l'Île Notre-Dame où se tient le Grand Prix.

La fluidité du réseau de la Société de transport de Montréal pourrait être perturbée, puisque les organisateurs demandent aux manifestants, une fois sur l'île, de retourner dans le métro pour faire le trajet en sens inverse.

Sur le web

Grand Prix: une manif nue contre un événement «grossier et indécent»

Québec: la contestation étudiante reprend dans les rues avant le Grand Prix de F1

Canada: le Grand Prix de F1 menacé par des turbulences étudiantes

Grand Prix: sécurité accrue et baisse de revenus

Conflit étudiant : la CLASSE en congrès et dans la rue

GP du Canada: Charest lance un appel au calme

F1 Canada: La vente de billets affectée par les menaces étudiantes