DÉPECEUR DE MONTRÉAL - Soupçonné d'avoir tué et dépecé un étudiant chinois à Montréal, Luka Rocco Magnotta sera probablement extradé d'ici fin juin vers le Canada, a-t-on appris le 7 juin. Mais le "dépeceur de Montréal" a-t-il prévu un ultime coup d'éclat? La police n'exclut pas que le suspect ait posté la tête de sa victime vers la Chine, son pays d'origine.

Le Journal de Montréal s'est entretenu avec le commandant du service de police de la ville de Montréal (SPVM), Ian Lafrenière, à ce sujet:

"C’est une possibilité. Avec Postes Canada, nous avons mis en place des mécanismes pour repérer des colis envoyés à l’extérieur, y compris en Chine", explique le commandant.

L'unité des crimes majeurs du SPVM précise qu'un tel colis peut difficilement passer les douanes mais, qu'en utilisant la voie terrestre, le scénario est envisageable.

De nouveaux colis mardi

Sur une vidéo de surveillance montrant Magnotta lors du premier envoi - un pied et une main envoyé au QG du Parti Conservateur canadien à Ottawa – le Canadien n'avait que deux paquets. Avant mardi, le SPVM doutait donc que le tueur présumé ait envoyé d'autres parties du corps de Jun Lin, sa victime.

Mais la découverte de nouveaux envois dans des écoles primaires de Vancouver le 5 juin a changé la donne.

LIRE AUSSI» Des colis de restes humains reçus par deux écoles de Vancouver

Les derniers paquets n'ont pas été envoyés du même bureau de poste, a précisé la police.

"C'est certain que lorsque l'on regarde ça, il y a une possibilité que la tête ait été postée elle aussi", analyse le commandant Ian Lafrenière dans Le Journal de Montréal.

Certains craignent un remake du film Seven

Après les références à Basic Instinct – le pic à glace et le nom d'emprunt de Katherine Trammell – la musique d'Americain Psycho dans la vidéo de son crime, Magnotta cache-t-il un coup d'éclat à la Seven?

Dans le polar de David Fincher, Brad Pitt, personnage principal et enquêteur, finit par recevoir un colis contenant la tête de sa femme.

L'essentiel du corps de Jun Lin a été retrouvé. Mais la tête de la victime n'a toujours pas été découverte et beaucoup évoquent la fin de ce film pour le dénouement de l'affaire Magnotta.

LIRE AUSSI:
» Trois nouvelles vidéos de Luka Rocco Magnotta
» Luka Magnotta arrêté à Berlin
» Le "dépeceur de Montreal" est venu en France ces derniers jours
» Recherches ciblées de la police française
» La victime de Luka Rocco Magnotta était chinoise
» La police canadienne recherche Rocco Luka Magnotta
» Après un pied, une main envoyée par colis à Ottawa

Lire l'intégralité de l'article sur Le HuffPost France

Loading Slideshow...
  • Une photo de Luka Rocco Magnotta prise par la police de Berlin après son arrestation, rendue publique par le SPVM. (SPVM/PC)

  • Le chef adjoint de la police de Vancouver, Warren Lemcke, annonce qu'une main et un pied ont été livrés à deux écoles primaires de Vancouver le 5 juin, des découvertes liées au meurtre attribué à Luka Rocco Magnotta. (PC/Darryl Dyck)

  • L'école primaire St. George, à Vancouver, où le pied a été expédié. (PC/Darryl Dyck)

  • Les médias devant l'école primaire de False Creek, à Vancouver, où la main a été expédiée. (PC/Darryl Dyck)

  • Une voiture de police transportant supposément Luka Rocco Magnotta quitte le centre de détention de la police de Berlin. (AP/Timur Emek)

  • Le cybercafé de Berlin où Luka Rocco Magnotta a été arrêté, dans le quartier de Neukoelln. (AP/Markus Schreiber)

  • Une image de la caméra de surveillance du cybercafé, lorsque Luka Rocco Magnotta est entré. (AP)

  • Le propriétaire du cybercafé, qui a reconnu Magnotta, attend les policiers qu'il vient d'alerter. (AP)

  • Un groupe de policiers stagiaires entre dans le cybercafé pour interpeller Luka Rocco Magnotta. (AP)

  • Ils escortent Luka Rocco Magnotta à l'extérieur du cybercafé pour le placer en détention. (AP)

  • Le propriétaire du cybercafé, Kadir Anlayisli, qui a reconnu Luka Rocco Magnotta, se tient à côté du poste où se trouvait le suspect. (AP/Markus Schreiber)

  • L'appel mondial lancé par Interpol pour retracer Luka Rocco Magnotta. (AP/Interpol)

  • Luka Rocco Magnotta capté par les caméras de surveillance de l'aéroport Trudeau, où il a pris l'avion pour Paris. (AP/Interpol)

  • Le réfrigérateur de l'appartement de Luka Rocco Magnotta, où il aurait gardé des parties du corps de sa victime. (PC/Ryan Remiorz)

  • Un policier de la GRC transporte dans un sac le colis livré aux bureaux du Parti conservateur, à Ottawa, qui contenait un pied. (PC/Sean Kilpatrick)

  • Luka Rocco Magnotta, visiblement épris de lui-même, a placé de nombreuses photos de lui sur Facebook et sur son site personnel. (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)


Jun Lin