NOUVELLES

L'ONU exprime sa "profonde inquiétude" concernant les violences au Soudan

07/06/2012 01:55 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Les Nations unies ont exprimé jeudi leur "profonde inquiétude" concernant les violences au Soudan, notamment dans la région du Kordofan où des attaques de groupes armés ont visé des marchés.

Le coordinateur humanitaire de l'ONU, Ali al-Zaatari, "a exprimé sa profonde inquiétude après des informations faisant état d'attaques et de pillages de marchés par des groupes armés à la fois au Kordofan-Sud et au Kordofan-Nord qui ont récemment contraint encore davantage de civils à fuir".

Il a également déploré la fuite vers le Sud d'un grand nombre de Soudanais cherchant à échapper aux combats continus et à la pénurie de nourriture dans les Etats du Kordofan-Sud et du Nil-Bleu, où des affrontements font rage entre rebelles et forces gouvernementales depuis un an.

Le Soudan empêche le libre accès à ces deux Etats aux organisations humanitaires, en évoquant des raisons de sécurité.

"Ces civils terrorisés à l'intérieur du Soudan et le nombre croissant de réfugiés fuyant vers le Soudan du Sud témoignent d'une situation extrêmement préoccupante", a indiqué M. Zaatari dans un communiqué.

L'agence humanitaire de l'ONU (Ocha) estime qu'environ 150.000 réfugiés soudanais ont fui vers le Soudan du Sud -- 105.000 originaires du Nil Bleu et 45.000 du Kordofan-Sud.

Amnesty International a pour sa part évoqué dans un communiqué une situation "désespérée" dans les camps de réfugiés du Soudan du Sud, alors que la saison des pluies débute.

"Le nombre de réfugiés dans les camps continue à grossir, accentuant la pression sur les ressources déjà limitées. Environ 50.000 réfugiés sont arrivés ces six dernières semaines et d'autres sont sur la route", a expliqué Khairunissa Dhala, qui travaille pour Amnesty au Soudan du Sud.

"Le temps presse pour s'assurer que les réfugiés aient une protection adéquate et des vivres durant les six mois de la saison des pluies", a-t-elle ajouté, en soulignant que "des contraintes logistiques au Soudan du Sud entravent les tentatives de fournir de l'aide".

Le Mouvement de la justice et de l'égalité (JEM), le groupe de rebelles du Darfour le plus militarisé, est soupçonné d'être derrière les attaques du Kordofan qui ont eu lieu, selon une source au sein de l'Ocha, la semaine dernière.

Un porte-parole du JEM a confirmé la présence de troupes au Kordofan-Nord, région voisine du Darfour-Nord, mais a refusé de donner des informations sur les récents combats.

sma/cco/vl

PLUS:afp