NOUVELLES

Le Soudan appelle à tenir le sommet de l'UA en Ethiopie et non au Malawi

07/06/2012 09:46 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Le Soudan a annoncé jeudi avoir demandé à l'Union africaine de tenir son sommet de juillet à Addis Abeba, et non au Malawi comme prévu, car ce pays refuse d'accueillir le président soudanais Omar al-Béchir, poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI).

Le Soudan a informé mercredi l'organisation panafricaine de sa requête après que le Malawi eut annoncé que M. Béchir "ne serait pas le bienvenu au sommet, prétextant des engagements du Malawi vis-à-vis de la (...) CPI", indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le président soudanais est depuis 2009 sous le coup d'un mandat d'arrêt de la CPI qui l'accuse de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis à l'encontre des habitants du Darfour, une région de l'ouest du Soudan.

Début mai, la présidente du Malawi, Joyce Banda, avait souhaité que M. Béchir ne participe pas au sommet, prévu du 9 au 16 juillet, afin de ne pas mécontenter les bailleurs de fonds internationaux.

Le Malawi a ratifié le statut de Rome, fondateur de la CPI, ce qui l'oblige en théorie à arrêter M. Béchir en cas de venue sur son territoire.

Le président du Bénin et de l'Union africaine (UA) Thomas Boni Yayi avait en revanche estimé peu après qu'il n'avait "pas de raison" d'exclure M. Béchir du sommet.

Le ministère soudanais a estimé que cette rencontre, où doit être abordée notamment la question des tensions entre le Soudan et le Soudan du Sud, est de la "plus haute importance", et que la présence du chef de l'Etat est par conséquent indispensable.

Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a suggéré mardi que les organisations régionales et les Etats non membres de la CPI pourraient exécuter les mandats d'arrêt de la Cour contre les responsables des exactions au Darfour.

M. Ocampo a en outre émis l'idée de couper l'aide internationale aux pays qui reçoivent Omar el-Béchir. Celui-ci défie régulièrement la CPI en voyageant à l'étranger, même dans des pays signataires du statut de Rome.

sma/vl/cnp

PLUS:afp