NOUVELLES

Le chef d'un groupuscule islamiste radical inculpé pour appel à la violence

07/06/2012 09:23 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Le chef d'un groupuscule islamiste radical actif en Belgique, Sharia4Belgium, a été interpellé et inculpé jeudi pour incitation à la haine et à la violence, quelques jours après les incidents qui ont suivi l'arrestation d'une femme refusant de retirer son niqab.

Fouad Belkacem, 30 ans, interpellé à son domicile proche d'Anvers (nord) à 06H00 (04H00 GMT), a été ensuite été placé en détention préventive.

Il a été inculpé pour "incitation à la haine et à la violence contre un groupe de personnes en fonction de leur croyance", a indiqué le porte-parole du parquet d'Anvers, Paul Van Tigchelt, devant la presse. Il est passible d'un mois à un an de prison et d'une amende.

Deux perquisitions ont également été menées jeudi à son domicile et dans le local de Sharia4Belgium.

Fouad Belkacem est poursuivi pour une vidéo de 11 minutes postée sur le site de partage YouTube après l'interpellation houleuse par des policiers jeudi dernier à Molenbeek, une commune populaire de Bruxelles, d'une musulmane convertie portant le voile intégral.

Cette jeune femme s'était rebellée au commissariat, frappant deux policières, selon la police.

Des échauffourées, avec jets de pierres, avaient ensuite opposé des jeunes aux forces de l'ordre pendant deux jours.

La justice accuse Fouad Belkacem d'avoir justifié, dans la vidéo, la violence de la femme interpellée, qui s'est débattue "des mains de ces chiens, de ces incroyants" et a "cassé le nez (d'une policière) avec la volonté de Dieu, grâce à Dieu". "Frères et soeurs, levez-vous et agissez contre ces méfaits (...) et brisez, avec la volonté de Dieu, tous ceux qui lèveront la main sur une soeur musulmane", ajoutait-il.

"La liberté d'expression est importante dans une société démocratique, mais elle a ses limites, que le suspect a clairement franchies", a justifié M. Van Tigchelt. Il a qualifié M. Belkacem de "partisan autoproclamé du jihadisme salafiste".

Fouad Belkacem, qui se présente comme le porte-parole de Sharia4Belgium, s'est déjà fait connaître pour avoir réclamé l'instauration de la loi coranique en Belgique, tenu des propos homophobes et tenté d'organiser des manifestations contre la loi interdisant le port de la burqa ou du niqab dans la rue.

Il a été condamné à plusieurs reprises, dont la dernière en mai à deux ans de prison, dont un ferme, pour "incitation à la haine envers les non-musulmans". Ayant fait appel, il n'a pas été écroué à l'issue de son procès.

A la suite des heurts de Molenbeek, la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet a annoncé des changements législatifs pour mieux contrôler les groupuscules islamistes radicaux.

Ces troubles ont relancé le débat politique sur l'intégration dans l'agglomération bruxelloise à quelques mois des élections communales prévues en octobre.

Le site internet de Sharia4Belgium était inaccessible jeudi, mais une vingtaine de membres du groupe ont dénoncé les "méthodes dignes de la Gestapo" des autorités belges lors d'une conférence de presse.

"Quand un musulman use de sa liberté d'expression, il est arrêté", a déclaré un nouveau porte-parole qui s'est présenté sous le nom d'Abu Mujahid.

Crâne rasé et longue barbe noire, il a assuré que Sharia4Belgium n'avait "pas appelé à la haine ou à la violence", mais demandé aux musulmans de "se lever pour défendre l'honneur de l'islam" et "contre les discriminations" dont ils sont selon lui victimes en Belgique.

siu-jri/aub

PLUS:afp