NOUVELLES

La baisse des taux d'intérêt chinois dope les cours du pétrole à New York

07/06/2012 09:42 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse jeudi à New York, soutenus par une baisse des taux d'intérêt en Chine, deuxième consommateur d'or noir de la planète, avant une allocution du président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke.

Vers 13H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet gagnait 1,59 dollar par rapport à la clôture de mercredi à 86,61 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les investisseurs américains saluent la décision de Pékin de baisser, à compter de vendredi, de 0,25 point de pourcentage les taux d'intérêt de référence sur les emprunts et les dépôts à un an. Les banques pourront en outre s'éloigner plus que par le passé de ce taux de référence.

Il s'agit de la première baisse des taux d'intérêt en Chine depuis 2008. Elle intervient avant la publication samedi des indicateurs économiques pour mai, ceux d'avril ayant mis en évidence un ralentissement plus fort que prévu de la production industrielle notamment.

"Cela a dopé le marché car la Chine est un gros consommateur de pétrole. Un meilleur taux signifie plus de consommation", s'est réjoui Phil Flynn, de Price Futures Group.

Cette décision intervient aussi alors que la demande continue de montrer des signes d'essoufflement, notamment aux Etats-Unis.

"Avec les risques pour la croissance mondiale qui s'intensifient, l'attention du marché s'est tournée vers des mesures politiques qui pourraient être décidées pour soutenir" la consommation, a commenté Barclays Capital.

Et avant un discours de Ben Bernanke, "les attentes du marché pour une nouvelle salve d'ajustements monétaires dans les pays développés ont cru", a ajouté Barclays.

En effet, selon Phil Flynn, les opérateurs pétroliers veulent croire que le patron de la Fed "va parler de davantage de mesures d'assouplissement monétaire". "Ce serait favorable à la hausse car d'une part cela affaiblirait le dollar (dont le renchérissement pèse sur les cours) et d'autre part cela relancerait la consommation".

Ces spéculations ont été renforcées par les déclarations de trois dirigeants de la banque centrale américaine, selon qui la Fed pourrait envisager de soutenir l'économie plus qu'elle le fait déjà en cas de dégradation marquée de la conjoncture.

sab/sl/sam

PLUS:afp