NOUVELLES

Il y a eu moins de rénovations domicilaires en 2011, indique la SCHL

07/06/2012 09:42 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - L'Enquête sur la rénovation et l'achat de logements diffusée jeudi par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) estime à 1,7 million le nombre de ménages ayant effectué des travaux de rénovation dans les dix grands centres à l'étude en 2011.

Cela représente à peu près 37 pour cent des ménages propriétaires interrogés, soit légèrement moins qu'en 2010, année où 1,9 million de ménages (42 pour cent des répondants) avaient fait de tels travaux. Le coût moyen des rénovations entreprises en 2011 est estimé à 13 709 $, ce qui est supérieur au coût moyen de 12 972 $ estimé pour 2010.

Presque 21 milliards $ ont été dépensés pour des rénovations en 2011 dans les dix grands centres faisant l'objet de l'enquête, à savoir moins que les 22,8 milliards $ dépensés en 2010, a déclaré Mathieu Laberge, économiste en chef adjoint à la SCHL.

Les propriétaires-occupants canadiens ont indiqué dans une proportion de 38 pour cent qu'ils pensent consacrer au moins 1000 $ à des travaux de rénovation d'ici la fin de 2012. Le taux de ménages ayant l'intention de rénover leur logement cette année est semblable à ce qu'il était en 2011.

Parmi les dix villes à l'étude, St. John's (T.-N.-L.), Québec et Winnipeg sont celles où la proportion de ménages propriétaires ayant effectué des rénovations a été la plus élevée en 2011, soit de 43 pour cent, 42 pour cent et 41 pour cent, respectivement. Le plus faible pourcentage (33 pour cent) a été relevé à Vancouver.

En gros, 68 pour cent des ménages ayant effectué des rénovations en 2011 n'ont pas eu à s'endetter pour le faire. Ce taux est légèrement plus haut qu'en 2010 (66 pour cent).

C'est à St. John's que le taux de consommateurs envisageant d'effectuer au moins 1000 $ de rénovations en 2012 est le plus élevé (48 pour cent). Suivent Winnipeg (44 pour cent), puis Halifax, Ottawa et Edmonton (42 pour cent). Les centres où les ménages sont le moins susceptibles de faire des rénovations cette année sont Vancouver (34 pour cent), Montréal (37 pour cent) et Toronto et Calgary (38 pour cent).

Pour ce qui est des intentions d'achat, 6 pour cent des ménages ont indiqué qu'ils avaient acheté un logement en 2011, soit le même pourcentage qu'en 2010. La ville de Québec est celle où la proportion de ménages ayant acheté une habitation a été la plus élevée (10 pour cent), suivie d'Ottawa et de St. John's (7 pour cent). Le plus faible taux (4 pour cent) a été enregistré à Toronto.

Au total, 5 pour cent des ménages envisagent d'acheter une résidence principale en 2012. C'est à Edmonton qu'on observe la plus forte proportion de ménages prévoyant acheter une habitation cette année, à savoir 7 pour cent. Suivent Québec et Calgary (6 pour cent), puis St. John's et Montréal (5 pour cent). Dans les autres villes à l'étude, 4 pour cent des ménages ont l'intention d'acquérir un logement en 2012.

L'Enquête sur l'achat et la rénovation de logements de 2012 vise à rendre compte des dépenses de rénovation effectuées en 2011 et des intentions d'achat et de rénovation de logements en 2012 dans les dix grands centres suivants : St. John's, Halifax, Québec, Montréal, Ottawa, Toronto, Winnipeg, Calgary, Edmonton et Vancouver. Des questions plus précises sur les intentions d'achat ou de rénovation ont été posées aux ménages de Halifax, Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver.

PLUS:pc