NOUVELLES

GP du Canada: cocktail d'ouverture sous haute surveillance policière

07/06/2012 05:53 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Des policiers anti-émeute casqués et armés de matraques tentaient de repousser entre cent et deux cents manifestants venus perturber le cocktail d'ouverture du Grand Prix du Canada de Formule 1, jeudi après-midi à Montréal.

Venus manifester à l'appel du mouvement CLAC (Convergence des luttes anticapitalistes), les jeunes manifestants scandaient "Formule 1 polluant, sexiste, voleur" et "La police protège le Grand Prix et arrête les étudiants".

Un très important dispositif policier, comprenant aussi des hommes de la Sûreté du Québec (police provinciale) et des gardes de sociétés de sécurité privées - au total bien plus nombreux que les manifestants - entourait l'endroit où devait se dérouler le cocktail, un événement mondain baptisé "Le Grand Soir" et rassemblant un millier de personnalités, dont le patron de Formule 1 Bernie Ecclestone et plusieurs pilotes vedettes.

Les policiers présents ont indiqué qu'ils procédaient à des "détentions temporaires" de manifestants, sans expliquer immédiatement ce qui leur était reproché.

Les invités avaient payé environ mille dollars chacun leur ticket d'entrée et les fonds recueillis devaient aller à deux hôpitaux de Montréal.

Montréal est le théâtre depuis près de quatre mois d'innombrables manifestations et de centaines d'arrestations avec pour toile de fond le conflit entre les étudiants et le gouvernement du Québec sur une hausse contestée des frais de scolarité.

Les négociations en vue de le résoudre ont échoué la semaine dernière. Une partie du ressentiment des étudiants s'est alors tourné contre le Grand Prix de Montréal, dont ils ont décidé de faire une tribune pour continuer à défendre leur cause.

Une autre manifestation - de personnes nues - était prévue jeudi soir dans le centre de Montréal.

vs-via/jfm

PLUS:afp