NOUVELLES

GP du Canada - Mark Webber a gagné à Monaco avec une Red Bull "conforme"

07/06/2012 02:39 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

L'Australien Mark Webber a remporté le Grand Prix de Monaco de Formule 1, il y a 15 jours, avec une Red Bull RB8 "conforme" et "n'est pas prêt à accepter" la moindre suggestion qu'il ait pu tricher, a-t-il affirmé jeudi à Montréal, lors de la conférence de presse du Grand Prix du Canada.

"Je veux bien qu'on me traite de tous les noms et qu'on critique mon pilotage, mais je n'accepterai pas qu'on dise que ma voiture était non-conforme (à Monaco). Franchement, ça m'énerve", a dit Webber, très sérieusement, en réponse à une question sur les deux trous dans le plancher de sa Red Bull, à Monaco.

Ces trous, placés juste devant les roues arrière de la RB8, pour favoriser un flux d'air dans un but aérodynamique, étaient apparus dès le Grand Prix de Bahreïn. Ils étaient encore là à Barcelone et à Monaco. C'est là, juste avant le départ, le dimanche matin, que des écuries ont émis un doute sur leur conformité au réglement technique de la Fédération internationale de l'automobile (FIA).

"Cette voiture a passé toutes les vérifications techniques, sans exception, elle est conforme depuis le début de la saison et aucune écurie n'a déposé réclamation après Monaco", a ajouté Webber.

"C'est après Monaco que la règle a changé, il y a eu une clarification, OK. Mais en tant que pilote je ne me rendrai même pas compte de l'absence de ces trous, je suis convaincu que ça ne changera pas grand chose aux performances de la voiture".

La FIA, quelques jours avant l'arrivée des écuries au Canada, a demandé à Red Bull de modifier le plancher de sa RB8, mais sans remettre en cause le résultat de Monaco. "Vous ne me croirez pas, mais nous avions déjà prévu certains changements pour Valencia (ndlr: le GP d'Europe, le 24 juin) qui incluaient l'absence de ces trous, sans attendre le changement de réglementation", a indiqué Webber.

"Il n'y a pas de +top teams+ en ce moment", a aussi estimé Webber au sujet de cette saison 2012 très ouverte, qui a vu six pilotes différents remporter les six premières courses, un record depuis la création du championnat du monde en 1950.

"C'est très serré, ça dépend du circuit, de la température et même des pilotes. Il y a aussi des écuries qui avaient eu du mal avec la réglementation de l'an dernier, comme Ferrari, Sauber et Williams, et qui se débrouillent mieux cette année. C'est comme ça", a conclu l'Australien.

dlo/jde

PLUS:afp