NOUVELLES

Des frappes aériennes ébranleraient la volonté d'Assad (élu américain)

07/06/2012 02:24 EDT | Actualisé 07/08/2012 05:12 EDT

Des frappes aériennes ébranleraient la volonté du régime du président syrien Bachar al-Assad, qui mène une répression violente contre l'opposition, a estimé jeudi le sénateur américain Joe Lieberman en appelant l'administration Obama à agir.

"Si nous voulions vraiment aider à renverser la tendance rapidement (...) nous utiliserions, Américains et alliés, la force aérienne et nous frapperions des cibles importantes du gouvernement syrien et je pense que cela ébranlerait sa volonté", a dit le sénateur indépendant, qui s'exprimait en séance aux côtés de son collègue John McCain, l'un des grands partisans d'une intervention militaires en Syrie.

Les deux sénateurs ont critiqué la position de l'administration Obama, qui s'est abstenue de mettre en avant une solution militaire en Syrie.

"Il est temps que les Etats-Unis montrent la voie", a dit M. Lieberman.

John McCain, rival malheureux de Barack Obama à la présidentielle de 2008, s'est montré encore plus incisif envers l'administration, affirmant qu'au moment où le bilan du conflit syrien dépassait les 10.000 morts, "l'administration refuse de fournir des armes aux Syriens qui luttent et meurent dans un combat inégal, tout cela par peur de +militariser le conflit+. Si seulement les Russes, et les Iraniens, et Al-Qaïda partageaient ce noble sentiment".

M. McCain a aussi dénoncé l'attitude de Moscou en notant qu'une organisation humanitaire avait révélé qu'un navire russe avait livré le 26 mai "la dernière cargaison d'armes lourdes au régime d'Assad dans le port de Tartus".

Les deux hommes ont condamné le massacre qui aurait été commis, selon l'opposition et une ONG syrienne, mercredi à Al-Koubeir dans la province de Hama (centre), moins de deux semaines après le massacre de Houla qui a provoqué un tollé international.

La Maison Blanche a condamné ce nouveau massacre "révoltant", estimant qu'il s'agissait d'un "affront à la dignité humaine".

emp/bar

PLUS:afp