NOUVELLES

USA: la Fed pourrait envisager de soutenir davantage l'économie

06/06/2012 01:47 EDT | Actualisé 06/08/2012 05:12 EDT

La banque centrale des Etats-Unis (Fed) pourrait envisager de soutenir l'économie plus qu'elle le fait déjà en cas de dégradation marquée de la conjoncture, ont déclaré mercredi deux de ses dirigeants.

Pour l'heure, la politique monétaire ultra-accommodante pratiquée par la Fed est "appropriée", a déclaré Dennis Lockhart, président de l'antenne de la Réserve fédérale à Atlanta (sud-est), selon le texte d'un discours qu'il a prononcé dans une ville de sa circonscription.

Néanmoins, "s'il devenait évident que (...) mon scénario privilégié d'une poursuite de la croissance, quoique à un rythme lent, n'est plus réaliste, il faudrait certainement examiner la possibilité de nouvelles mesures de politique monétaire pour soutenir la reprise", ajoute ce texte.

M. Lockhart estime qu'il y a quatre éléments clef susceptibles de peser sur les perspectives de l'économie américaine: l'évolution des prix des logements, l'effet d'un brusque rééquilibrage budgétaire aux Etats-Unis, "l'instabilité financière liée à la récession en Europe et un ralentissement économique en provenance de pays émergents".

"La situation à laquelle nous faisons face impose que le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) reste prêt à réagir rapidement, si la situation l'impose, en cas d'instabilité financière ou économique", juge-t-il encore.

Dans un autre discours, dont le texte a été remis à la presse, le président de la Fed de San Francisco, John Williams, a tenu des propos similaires.

Pour lui, "il est essentiel" que la Fed maintienne sa "politique monétaire hautement accommodante" vu la lenteur de la reprise.

"Si les perspectives de croissance s'assombrissent au point que nous ne pourrons plus espérer faire des progrès soutenus" en matière de baisse du chômage, ou si l'inflation menace de tomber à moyen terme "sensiblement au-dessous de notre objectif de 2%, alors un nouvel assouplissement monétaire sera justifié", estime M. Lockhart, qui préconise dans ce cas de nouveaux achats de titres financiers sur les marchés.

La Fed maintient un taux directeur quasi-nul depuis trois ans et demi. Elle a injecté 2.300 milliards de dollars dans le circuit financier depuis fin 2008 en rachetant des titres financiers sur les marchés pour faire baisser les taux à long terme et soutenir la reprise du marché immobilier.

Depuis la publication vendredi de mauvais chiffres de l'emploi pour mai aux Etats-Unis, alors que le monde s'inquiète du marasme européen, les spéculations vont bon train sur le fait que la Fed pourrait décider d'injecter de nouvelles liquidités dans l'économie, lors de la prochaine réunion du FOMC, prévue pour les 19 et 20 juin.

mj/sl/sf

PLUS:afp