NOUVELLES

Syrie: 18 morts, violents combats à Damas et dans sa banlieue (ONG)

06/06/2012 09:10 EDT | Actualisé 06/08/2012 05:12 EDT

Au moins dix huit personnes -dont onze civils- ont été tuées mercredi dans les violences en Syrie, alors que de violents combats opposaient l'armée à des combattants rebelles à Damas et dans sa banlieue, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), des violents combats se déroulent à la périphérie de la ville de Saraqeb où l'armée utilise des hélicoptères et les rebelles ripostent par des mitrailleuses anti-aérienne (Doshka).

Trois militaires dont un officier ont été tués par l'explosion d'une charge alors qu'ils circulaient près de cette ville de Saraqeb.

A Jisr al-Choughour, dans la même province, "14 soldats ont été soit tués soit blessés par l'explosion de leurs voitures", selon l'organisation.

Dans la région de Lattaquié (nord-ouest), de violents bombardements ont tué trois civils dans le village de Shirqaq. Trois autres ont péri dans la ville d'Al-Hiffa, bombardée depuis mardi par les forces gouvernementales qui tentent d'en prendre le contrôle et qui empêchent les habitants de fuir en fermant toutes les entrées de cette ville.

"Des hommes armés des villages voisins d'Al-Hiffa, favorables au régime, participent aux opérations militaires", ont indiqué des militants.

En outre, des combattants rebelles ont pris le contrôle des sièges de la Sécurité politique et de la police après de violents combats, dans la localité de Salma, un des villages de la Montagne des Kurdes, où un officier rebelle a été tué par des bombardements, selon l'OSDH.

Le Conseil national syrien (CNS), principale composante de l'opposition, a appelé dans un communiqué les observateurs de l'ONU déployés en Syrie à se rendre dans la région d'Al-Hiffa "bombardée sans discontinuer par les forces de sécurité et les milices du régime, au moyen de chars et d'hélicoptères".

A Damas, de violents accrochages ont opposé les rebelles aux forces régulières postées à des barrages dans les quartiers de Qaboune et de Techrine. Des tirs nourris ont été entendus dans le quartier de Jobar. Le bruit des combats était clairement audible dans toute la capitale.

Une explosion a été entendue dans le quartier de Roukneddine à Damas. De violents combats ont lieu depuis le matin dans les localités de Jisrine, Kafar Batna, et Saqba, et des tirs nourris sont entendus dans ces localités à la périphérie est de Damas.

De violents accrochages ont eu lieu à Harasta, une ville à 10 km au nord-est de Damas, entre "combattants rebelles et membres du siège de la Sécurité politique, des Renseignements de l'air".

Des combats ont eu lieu également dans la ville voisine de Douma, à Irbine, et à Zamalka, ainsi qu'à Jdaidet Artouz, près de Damas.

Dans la région d'Alep (nord), un étudiant a été tué dans des bombardements dans la nuit de mardi à mercredi à Hreitane, dans la région d'Alep (nord) où des localités étaient toujours pilonnées mercredi matin. Deux autres civils ont été mortellement touchés par des tirs près du village Cheikh Issa.

A Hama (centre), plus au sud, deux civils ont été tués. Les forces de sécurité procédaient dans la matinée à des perquisitions dans un quartier.

A Deraa, berceau de la contestation dans le sud du pays, des violents combats ont eu lieu dans la matinée dans la banlieue de Sahafa après une explosion violente, et dans la localité d'al-Loujat où trois soldats ont péri, de même source.

A Mzeirib, dans cette même région, dix soldats ont été blessés, certains grièvement par l'explosion de leur bus.

Depuis quelques semaines, les rebelles infligent des pertes de plus en plus lourdes aux forces gouvernementales, qui ont perdu près de 170 hommes depuis une semaine, souligne l'OSDH.

Mardi, les violences ont fait 55 morts à travers la Syrie: 26 soldats, 19 civils et 10 rebelles.

rm/sw

PLUS:afp