Huffpost Canada Quebec qc

Stephen Harper participe au dévoilement d'un nouveau portrait de la reine

Publication: Mis à jour:
HARPERELIZABETH
PC

LONDRES - La première chose qui a frappé la reine Élizabeth II quand elle a regardé son nouveau portrait a été la taille de l'oeuvre.

Du haut de ses 6 pieds 2 pouces (1m88), la femme qui lui renvoyait son regard depuis la toile était beaucoup plus grande que la souveraine, qui mesure 5 pieds 4 (1m64) en réalité.

La reine a pris un moment, mercredi, pour admirer son nouveau portrait, et les dignitaires réunis dans la White Drawing Room du palais de Buckingham se sont tus, car tous attendaient l'évaluation que la souveraine allait faire de l'oeuvre.

«Elle a plutôt changé depuis la dernière fois que je l'ai vue», a-t-elle dit.

«Oui», a répondu le peintre canadien Phil Richards. «Elle est passée de six pouces (15 centimètres) à ceci.»

La salle a éclaté de rire. Puis, la reine s'est retournée vers son représentant au Canada. «Allez-vous devoir reconstruire Rideau Hall?», a-t-elle lancé.

«Nous trouverons bien un endroit où le placer», a répondu le gouverneur général du Canada, David Johnston.

Mais il ne sera pas facile de trouver un endroit où accrocher l'impressionnant portrait de 3,28 mètres par 2,24, car il doit être à la vue de tous.

Sur la toile, la reine se tient devant une entrée en voûte dans Rideau Hall, et un portrait de son arrière-arrière-grand-mère, la reine Victoria, est accroché derrière elle. Élizabeth II porte une robe blanche avec une jupe de chiffon et un corsage orné de perles. Elle tient des gants de satin blanc dans sa main. Elle porte aussi une tiare, des boucles d'oreille, un bracelet et un collier.

M. Richards a mis près de deux ans pour peindre le portrait. L'artiste s'est inspiré de photos prises lors de la visite royale de la reine au Canada en 2010. Il a également discuté du concept de l'oeuvre avec la souveraine.

Il a été discret, mercredi, à propos de cette rencontre. «Je ne suis pas sensé vous parler de ce que la reine a dit», a-t-il déclaré aux journalistes, avant d'admettre que la souveraine s'était montrée intéressée par l'aspect final du portrait, comme le sont la plupart de ses sujets.

«Elle tentait de me donner ses conseils et ses opinions sur ce qu'on avait, puis de me diriger vers une image qui serait satisfaisante pour moi, l'artiste, mais également pour mon sujet et pour le pays qui a commandé le travail.»

Le premier ministre Stephen Harper a participé mercredi à la cérémonie de dévoilement. Il a présenté l'oeuvre à la reine après l'avoir rencontrée en privé. «Ce portrait représente l'appréciation des Canadiens pour vos 60 ans de dévouement à notre pays et au Commonwealth», a-t-il dit.

Le portrait sera d'abord exposé à la Maison du Canada à Londres jusqu'au 14 juin, avant de traverser l'océan Atlantique pour être installé à Ottawa dans la résidence officielle du gouverneur général du Canada, Rideau Hall.

Il s'agit du troisième portrait de la reine commandé par le Canada depuis son accession au trône, il y a 60 ans.

Le gouvernement a par ailleurs annoncé que le Canada contribuera à la fiducie The Queen Elizabeth Diamond Jubilee Trust. Les fonds versés dans la fiducie par des gouvernements ou des donateurs privés serviront à financer des projets visant à améliorer concrètement et de façon permanente la qualité de vie de citoyens du Commonwealth.

Le Canada versera d'abord 10 millions $ et égalera les dons du public, jusqu'à concurrence de 10 millions $.