NOUVELLES

Scandale du Calcioscommesse: les principaux acteurs

06/06/2012 04:11 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

Le scandale du "Calcioscommesse" met en scène des joueurs "pentiti" (repentis), qui ont reconnu avoir truqué des matches, des malfrats qui organisaient les paris frauduleux, ainsi que des magistrats et policiers pour mener l'enquête.

JOUEURS

De nombreux joueurs impliqués ont reconnu les faits et collaborent avec la police qui se base sur leurs dépositions et de nombreuses écoutes téléphoniques. Trois joueurs méconnus se retrouvent au centre de l'affaire.

Carlo Gervasoni (ex-Albinoleffe et Bari) est un des plus bavards. Il a mis en cause Stefano Mauri, le capitaine de la Lazio Rome et le milieu de terrain Omar Milanetto, et a parlé de plusieurs matches truqués par Bari en 2010-2011.

Andrea Masiello (Atalanta, ex-Bari): les soupçons sur Leonardo Bonucci viennent de son témoignage, il assure que l'international était de la combine du match Udinese-Bari du 9 mai 2010 (3-3). Il a également reconnu avoir marqué volontairement contre son camp lors du derby des Pouilles Bari-Lecce du 15 mai 2011 (0-2).

Filippo Carobbio (ex-Albinoleffe, Bari, Sienne et La Spezia): ce "pentito" accuse son entraîneur à Sienne, Antonio Conte, d'avoir été au courant de l'arrangement du match contre Novare (2-2) en Série B en 2010-2011.

Les têtes d'affiche:

Stefano Mauri: le capitaine de la Lazio Rome est le joueur de plus haut niveau à avoir été emprisonné dans cette affaire (assigné à résidence depuis le 4 juin). International (11 sélections), il est soupçonné d'avoir participé au trucage de deux matches gagnés 4-2 par la Lazio (contre Genoa et Lecce).

Domenico Criscito et Leonardo Bonucci: les deux plus grands noms du scandale, mais ils ne sont pas directement impliqués pour l'instant. Criscito a été entendu comme témoin assisté par la police, et a dû renoncer à l'Euro-2012. Bonucci doit l'être prochainement, et s'est envolé avec l'Italie pour la Pologne.

MALFAITEURS

Eng Tan Seet: dit "Dan", le chef supposé du réseau, basé à Singapour. Arrêté en décembre 2011. Il commande différents groupes qui opèrent en Europe.

Le groupe des "Zingari"

Hristiyan Ilievski est le chef supposé du groupe des "Tziganes", en fuite, mais interviewé par des médias italiens, il minimise son rôle, assurant que les joueurs prenaient l'initiative des trucages. Il était assisté d'un ancien joueur serbe à passeport turc et slovaque, Almir Gegic (ex-Chiasso/SUI), et d'un Bosnien nommé Safet Altic, actuellement emprisonné à Gênes pour trafic de drogue.

Le groupe "de Bologne"

L'ancien international italien Giuseppe Signori, arrêté lors du premier coup de filet en juin 2011, y jouerait un rôle important.

Autres groupes

Un groupe "des Albanais" a été également évoqué dans l'enquête, ainsi qu'un intérêt des mafias du sud de l'Italie pour l'industrie des paris truqués.

JUSTICIERS

Roberto Di Martino: procureur de Crémone, qui a lancé l'enquête en novembre 2010. Depuis le début de l'affaire, il répète dans les médias que cette affaire est énorme et qu'elle touche la première division (Série A).

Guido Salvini: juge d'instruction de Crémone, moins au premier plan médiatiquement que Di Martino.

Stefano Palazzi: procureur fédéral de la FIGC, chargé des sanctions sportives, à partir des dossiers remis par les enquêteurs.

eba/fka/chc/jgu

PLUS:afp