NOUVELLES

Mondial-2014: le Brésil autorise la vente de bière pendant le tournoi

06/06/2012 10:11 EDT | Actualisé 06/08/2012 05:12 EDT

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a promulgué mercredi la loi controversée sur l'organisation du Mondial-2014, qui autorise la vente de bière dans les stades réclamée par la Fédération internationale du football (Fifa) en vertu d'un partenariat avec un grand brasseur.

La loi a été publiée au Journal officiel de mercredi après une longue bataille avec les députés, et les sénateurs qui ont finalement approuvé le texte le 9 mai. Il s'agit d'une exception à une loi générale sur le statut du supporteur qui interdit la vente de bière dans les stades de tout le pays pendant les matches de football.

Ce statut sera partiellement suspendu pendant la durée de la Coupe des Confédérations-2013 et du Mondial-2014. "Le texte supprime l'article du statut du supporteur qui interdisait la vente et la consommation de boissons alcoolisées dans les stades", a souligné le ministère des Sports dans un communiqué.

La Fifa avait fait pression pendant de longs mois sur le Brésil pour l'adoption de cette clause.

La loi prévoit également qu'un nombre minimum de billets seront vendus à moitié prix pour les étudiants, les personnes âgées de plus de 60 ans et les bénéficiaires de programmes sociaux, des dispositions que le Brésil a réussi à imposer à la Fifa.

La Fifa devra réserver 300.000 billets pour répondre à ces exigences.

Selon des députés d'opposition, le Brésil étant un pays fédéral, la fédération internationale devra devra encore négocier avec chacun des Etats régionaux où se trouvent les 12 stades retenus pour le Mondial-2014 afin d'obtenir le droit de vendre de l'alcool dans leurs enceintes.

Le Brésil a prévu d'investir quelque 13 milliards de dollars dans les stades et les transports, qui devront être prêts d'ici à 2014. Mais, selon des données officielles, 40% des projets n'ont pas encore commencé.

Le retard dans les travaux a été la principale critique de la Fifa, exprimée de manière très directe par son secrétaire général, Jérôme Valcke. Celui-ci avait appelé le Brésil à "se donner un coup de pied aux fesses", provoquant un tollé dans le pays. La Fifa s'était ensuite excusée et la polémique a pris fin à la suite d'une rencontre à Brasilia entre son chef, Joseph Blatter, et la présidente brésilienne Dilma Rousseff.

Le Brésil nie tout retard et affirme que six stades seront prêts dès la Coupe des Confédérations en 2013.

vel/ml/gv

PLUS:afp