NOUVELLES

Les Etats-Unis nient ralentir les négociations nucléaires avec l'Iran

06/06/2012 04:57 EDT | Actualisé 06/08/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont réfuté mercredi les accusations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad selon lesquelles les Occidentaux traînent des pieds dans les négociations nucléaires.

Le président iranien, qui se trouve à Pékin, a accusé les Occidentaux de vouloir perdre du temps dans les négociations nucléaires en refusant des rencontres préparatoires avant celle de Moscou les 18 et 19 juin, a rapporté mercredi le site du gouvernement iranien.

"L'Iran est prêt à poursuivre les négociations à Moscou et même à Pékin et a fait de bonnes propositions", a déclaré M. Ahmadinejad lors d'une rencontre avec le Premier ministre chinois Wen Jiabao.

"Mais en tenant compte du fait qu'après la rencontre de Bagdad (les 23 et 24 mai) et conformément à l'accord conclu, nos efforts pour organiser une rencontre au niveau des adjoints de (Catherine) Ashton et l'adjoint (du négociateur nucléaire iranien, Saïd Jalili) n'ont pas abouti, nous considérons que les Occidentaux cherchent des excuses et à gaspiller du temps" dans les négociations nucléaires, a-t-il ajouté.

Le porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner, a assuré mercredi que ces accusations n'étaient "pas vraies".

Des responsables du bureau de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton "ont confirmé que nous avions répondu le 4 juin et souligné qu'il nous fallait des signes clairs montrant que l'Iran veut s'engager dans des discussions constructives sur les propositions (du groupe) 5+1" (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne)", a ajouté le porte-parole de la diplomatie américaine.

Ce mouvement d'humeur iranien fait apparemment suite au refus par l'UE d'organiser une rencontre entre l'adjoint de M. Jalili, Ali Bagheri, et celle de Mme Ashton, Helga Schmid, selon les médias iraniens.

L'Iran et les 5+1 doivent se retrouver les 18 et 19 juin à Moscou pour essayer de débloquer leurs négociations sur le programme nucléaire iranien controversé, après l'échec d'une rencontre à Bagdad en mai.

jkb/sf/bar

PLUS:afp