NOUVELLES

La crise économique mondiale pèse sur le marché des téléphones mobiles (étude)

06/06/2012 01:26 EDT | Actualisé 06/08/2012 05:12 EDT

Le marché mondial des téléphones mobiles devrait croître cette année à son rythme le plus lent depuis 2009 à cause des difficultés de l'économie, selon une étude du cabinet américain IDC publiée mercredi.

Les livraisons mondiales des fabricants de téléphones mobiles ne devraient augmenter que de 4% cette année, à près de 1,8 milliard d'unités, beaucoup d'utilisateurs repoussant à plus tard le remplacement de leur appareil, estime l'étude.

Celle-ci ne précise pas quelle était le taux de croissance des ventes les années précédentes. D'ici fin 2016, IDC prévoit des ventes de 2,3 milliards de téléphones mobiles.

Le cabinet spécialisé projette par ailleurs un recul de 10% des ventes de téléphones classiques "texte et voix" cette année. Beaucoup de détenteurs de ces téléphones s'abstiennent de les remplacer par des appareils dernier cri "dans le contexte actuel d'incertitudes sur l'emploi et l'économie", ajoute IDC.

Malgré la baisse attendue des ventes de téléphones mobiles classiques, ces derniers représenteront toujours 61,6% du marché mondial cette année, remarque IDC.

Parallèlement, le nombre de "smartphones" vendus va augmenter en 2012 de 38,8%, à 686 millions d'unités.

"La transition des téléphones classiques vers les téléphones multifonctions va se poursuivre de manière progressive mais continue. La croissance des ventes de smartphones, cependant, sera de plus en plus menée par le triumvirat des systèmes d'exploitation Android (Google), iOS (Apple) et Windows Phone 7 (Microsoft)", a commenté Kevin Restivo, analyste chez IDC.

Sur la période 2012-2016, la part de marché du système d'exploitation Android devrait augmenter à 61%, mais ensuite plafonner face à la concurrence des autres fabricants, précise l'étude. "Android devrait maintenir son avance" grâce notamment à une hausse des ventes de Samsung, note encore le document.

L'enquête IDC estime que la plus forte croissance viendra des smartphones sous système Windows, qui ne représentent que 5,2% du marché mais devraient atteindre 19,2% en 2016.

Parallèlement, l'iPhone d'Apple devrait voir sa part de marché reculer, pour passer de 20,5% actuellement à 19%.

IDC s'attend à ce que BlackBerry, fabriqué par le canadien Research In Motion, garde une part de marché inchangée, autour de 6% sur la même période. "Il restera un marché pour le système d'exploitation de BlackBerry, malgré les problèmes actuels de Research In Motion", assure IDC.

"C'est notamment vrai pour les pays émergents où les utilisateurs recherchent des systèmes de messagerie bon marché", ajoute l'étude. "Toutefois, l'écart entre BlackBerry et ses principaux concurrents va s'accroître sur la période considérée, car le marché des téléphones mobiles va dépendre de plus en plus des logiciels et des applications".

rl/ved/sl/sam

PLUS:afp