Huffpost Canada Quebec qc

Grève étudiante: des humoristes montent sur scène pour appuyer la cause étudiante

Publication: Mis à jour:
MANIF MONTREAL
AFP

MONTRÉAL - La farce a assez duré. Face aux assauts répétés du gouvernement Charest contre le mouvement étudiant, la Coalition des humoristes indignés (CHI) contre-attaque en organisant un spectacle pour soutenir la cause étudiante et dénoncer la loi 78.

Mario Jean, Laurent Paquin, Guillaume Wagner et plus d'une dizaine d'autres humoristes monteront sur la scène du Théâtre Saint-Denis le 18 juin pour dérider un public qui, espèrent-ils, les applaudira à grands coups de casseroles.

L'instigateur du projet, Daniel Thibault, a prévenu d'emblée, mercredi, que les humoristes ne formaient pas pour autant un «bloc monolithique».

«Les opinions divergent, mais ils exploreront tous un thème commun: l'indignation», a exposé le coauteur de la série télévisée «Mirador», qui signera la mise en scène du spectacle.

Les raisons sont d'ailleurs nombreuses pour s'indigner: il suffit d'ouvrir un journal pour le constater, a plaidé Daniel Thibault. «Je souligne qu'on a arrêté Amir Khadir hier (mardi) à Québec parce qu'il manifestait, mais Tony Tomassi court encore», a-t-il illustré.

Comme c'est le cas au sein du mouvement étudiant, une frange plus radicale d'humoristes pourrait se démarquer des autres, plus modérés.

Guillaume Wagner est du nombre. À l'issue du gala des Olivier, en mai dernier, l'humoriste avait reproché à ses collègues de ne pas avoir profité de la tribune qui leur était offerte pour parler de la crise étudiante.

«J'espère que le 'show' va être grinçant et 'drette sur le bobo', a-t-il dit. C'est de ça que j'ai peur un peu en ce moment, qu'on fasse semblant d'être indigné. Moi, je veux que ça 'fesse' et que ça ait de l'impact», a lancé celui qui se décrit comme la «branche Al-Qaïda» de la CHI.

Laurent Paquin — qui ne s'est pas gêné pour se moquer du gouvernement Charest par l'entremise de son compte Twitter ces dernières semaines — en profitera probablement pour interpréter des ritournelles que lui ont inspiré la crise étudiante.

«Je vais probablement monter sur scène avec ma guitare. J'ai des chansons dans lesquelles je me paie la traite et des petites chansons courtes où je me révolte contre ces gens qui nous fourrent!»

Son collègue Mario Jean, pour sa part, a reconnu avec un sourire qu'il n'avait pas encore planché sur l'écriture de son numéro.

Même s'il passera les prochains jours au Grand Rire de Québec et que le spectacle de la CHI arrive à grands pas, il n'a pas hésité à accepter l'invitation lancée par Daniel Thibault.

«Quand on voit ce qui se passe et qu'on est le moindrement sensible, c'est une opportunité et un devoir de (participer)», a-t-il fait valoir.

«Je trouve que les étudiants font ce que moi, j'aurais dû faire il y a dix ans, et que je n'ai pas eu ni les couilles, ni le 'guts' de faire.»

Le spectacle de la CHI — un regroupement qui a d'abord été pensé pour succéder aux joyeux lurons des Parlementeries — sera produit par les jumelles Luce et Lucie Rozon.

Contrairement à ce qui a été véhiculé dans certains médias, il n'est pas présenté dans le cadre du Festival Juste pour rire.

La chose aurait d'ailleurs pu sembler curieuse puisque le grand manitou de l'événement, Gilbert Rozon, a multiplié les apparitions pour afficher son soutien à l'endroit de la hausse des droits de scolarité et de la loi 78, qui est loin de faire l'unanimité chez les humoristes.

Il n'y a cependant «pas de bisbille» entre les jumelles et le frère, ont assuré Luce et Lucie Rozon, même si leurs positions sur la hausse des droits de scolarité et la loi 78 sont diamétralement opposées.

«Je veux vous dire que nous ne sommes pas, Luce et moi, contre Gilbert. Nous sommes pour les casseroles, et c'est un choix artistique et idéologique de faire une sortie avec les artistes contre la loi 78», a précisé Lucie Rozon au début de la conférence de presse qui s'est tenue au Théâtre Saint-Denis.

Tous les profits du spectacle seront versés à la Clinique juridique Juripop, qui conteste la validité de la loi 78 devant les tribunaux.

À ce jour, Emmanuel Bilodeau, Daniel Lemire, Maxim Martin, François Massicotte, Claudine Mercier, Jean-François Mercier, Guy Nantel, Martin Petit, André Sauvé et Mike Ward ont également annoncé leur présence au spectacle.

Un animateur devrait être aux commandes du spectacle, a confirmé Daniel Thibault, mais son identité n'a pas été dévoilée mercredi.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Manif de la CLASSE du 2 juin
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Des humoristes sur scène pour la cause étudiante