NOUVELLES

Facebook: le Nasdaq créée un fonds d'indemnisation de 40 millions de dollars

06/06/2012 01:55 EDT | Actualisé 06/08/2012 05:12 EDT

La plate-forme boursière Nasdaq a annoncé mercredi qu'elle créait un fonds d'indemnisation de 40 millions de dollars pour indemniser les investisseurs qui auraient perdu de l'argent à la suite des problèmes techniques rencontrés pendant le lancement de l'action Facebook.

Le Nasdaq demande à l'autorité américaine des marchés financiers (SEC) d'approuver un "programme (d'indemnisation) pour des membres qualifiés qui ont été désavantagés par les problèmes techniques rencontrés lors de l'introduction en Bourse de Facebook le 18 mai. Ces problèmes techniques ont été résolus", écrit la plate-forme boursière dans un communiqué sur son site internet.

"Après considération de ces facteurs et en gardant les clients du Nasdaq en tête, le conseil d'administration du groupe Nasdaq OMX a approuvé un fonds volontaire de (dédommagement) d'environ 40 millions de dollars", explique-t-il.

D'après cette proposition, quelque 13,7 millions de dollars seront versés en numéraire aux sociétés membres" du Nasdaq. "Le reste sera accordé sous forme de crédit sur les futures opérations des (sociétés clientes) pour réduire le coût de leurs opérations boursières, et le bénéfice de cette indemnisation devrait être absorbé sur six mois" dans la majorité des cas, ajoute le Nasdaq.

Le lancement boursier de l'action du réseau communautaire Facebook, l'un des plus attendus de l'année, s'était accompagné de problèmes techniques en raison de gros volumes d'ordres d'achat et de vente.

Des investisseurs n'avaient pu faire exécuter leurs ordres dans un sens ou dans l'autre qu'avec beaucoup de retard. Certains ont porté plainte contre l'opérateur boursier, comme le courtier new-yorkais Knight Capital, qui a demandé à être dédommagé à hauteur de 35 millions de dollars.

En outre, au moins une plainte en nom collectif a été déposée contre la plate-forme boursière pour les mêmes motifs.

Au total, les plaintes liées à des pertes provenant des problèmes informatiques du Nasdaq s'élèvent pour l'instant à 100 millions de dollars, d'après le Wall Street Journal.

Plusieurs plaintes d'investisseurs mécontents visent aussi Facebook et ses dirigeants ainsi que les principales banques ayant piloté l'introduction boursière. L'action de Facebook a chuté de plus de 30% depuis le 18 mai.

La plateforme boursière concurrente du Nasdaq, le NYSE Euronext, a vertement critiqué ce plan d'indemnisation, jugeant que "permettre au Nasdaq de fixer les prix (de ses transactions) et d'utiliser d'autres manoeuvres pour parer à une indemnisation juste des victimes des problèmes liés à l'introduction boursière de Facebook serait totalement contraire au principe d'une concurrence loyale et pèserait inutilement sur les plateformes concurrentes".

Dans un communiqué, il ajoute qu'une "telle tactique pourrait inciter les clients à réorienter des ordres vers le Nasdaq pour bénéficier du dédommagement auquel ils ont droit, et permettre au Nasdaq de récolter les bénéfices de gains de parts de marché qu'ils n'auraient pas obtenus autrement".

Le patron du Nasdaq, Robert Greifeld, qui a présenté "ses excuses au secteur" financier pour ces problèmes, a réfuté ces accusations, lors d'un entretien à la chaîne CNBC.

"Les clients à qui nous proposons cela font des échanges avec nous tous les jours, et nous ne leur demandons pas de faire une transaction de plus" que d'ordinaire, a-t-il ajouté.

La maison de courtage Knight Capital, de son côté, s'est dite "déçue que la compensation prévue par le Nasdaq ne s'appproche même pas des pertes essuyées par les courtiers comme nous".

ved/sl/sf

PLUS:afp