NOUVELLES

Euro-2012 - Les équipes d'Italie et des Pays-Bas visitent Auschwitz

06/06/2012 05:06 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

Les équipes d'Italie et des Pays-Bas de football qui participent à l'Euro-2012 ont rendu hommage mercredi aux victimes de l'Holocauste sur le site de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau en Pologne, a constaté un journaliste de l'AFP.

Arrivés en autocar surplombé de l'inscription "Riempiamo l'Europa d'azzuro" (nous remplissons l'Europe d'azur), les Italiens en survêtement bleu-blanc sont passés sous le portail tristement célèbre pour son inscription "Arbeit macht frei" ("le travail rend libre").

Ils ont visité les installations d'Auschwitz, avec leurs baraquements, leur "mur des fusillés", leur chambre à gaz et leur four crématoire, avant d'y déposer une gerbe avec l'inscription "Federazione Italiana Giuoco Calcio" (Fédération italienne de football).

Bouleversé par cette visite, le défenseur italien Giorgio Chiellini a fait part de "l'incroyable émotion" qui l'a submergé, lui et ses coéquipiers.

"C'était plus qu'émouvant, parfois il est difficile de trouver les mots pour décrire ce que tu ressens à l'intérieur, a dit le joueur de la Juventus. On a étudié ce qui s'est passé à l'école mais l'avoir en face des yeux, cette atrocité, et écouter les trois survivants, ça a touché tous nos coeurs et y a laissé une incroyable émotion."

Interrogé sur ce qui l'a le plus touché, Chiellini a souligné le choc ressenti à la vue des numéros de prisonniers tatoués sur les bras des survivants qui ont accompagné les membres de la sélection italienne.

"L'image qui à mes yeux, dit le plus et qui m'a le plus touché, fut lorsque qu'ils montrèrent le numéro sur leurs bras, tatoué à leur arrivée."

"Plutôt que de conseiller (la visite) à d'autres joueurs, je la conseillerais à ma famille, à mes amis et à mes proches car si tu as la possibilité de vivre ça, ça restera à jamais dans ton coeur", a déclaré le joueur.

"Plus jamais d'une telle horreur! Ce qui c'est passé ici ne concerne pas qu'un seul peuple, cela concerne l'humanité toute entière. Leur douleur, c'est notre douleur", ont d'ailleurs écrit les footballeurs italiens dans le Livre d'Or du musée.

Ils ont aussi visité le camp de Birkenau, distant de trois kilomètres, l'endroit principal d'extermination des Juifs.

Les joueurs néerlandais, vêtus de blue-jeans et de vestons bleu-marine, ont fait ensuite le même parcours sur le site du camp d'Auschwitz, installé par l'Allemagne nazie en Pologne occupée et situé à 70 km à l'ouest de Cracovie (sud).

Une délégation de la fédération allemande, avec le sélectionneur de la Mannschaft Joachim Löw, le manager de l'équipe Oliver Bierhoff, ainsi que le capitaine Philipp Lahm et les joueurs d'origine polonaise Miroslav Klose et Lukas Podolski, avait visité pour sa part vendredi le musée d'Auschwitz.

Organisé par la Pologne et l'Ukraine, l'Euro-2012 débute vendredi à Varsovie avec la rencontre Pologne-Grèce et s'achèvera par la finale à Kiev le 1er juillet.

Environ 1,3 million de personnes, dont 1,1 million de Juifs, ont trouvé la mort à Auschwitz entre sa création par les nazis en 1940 et sa libération par l'Armée soviétique le 27 janvier 1945.

str-mrm-bc/ep/grd

PLUS:afp