NOUVELLES

Euro-2012 - Groupe B - Allemagne: la parole est à la défense

06/06/2012 12:27 EDT | Actualisé 06/08/2012 05:12 EDT

La défense allemande, régulièrement désignée comme le talon d'Achille de la sélection, devra rapidement donner des gages de solidité dans un groupe B de l'Euro-2012 très relevé avec le Portugal de Cristiano Ronaldo, les Pays-Bas vice-champions du monde et le Danemark.

Si elle dispose d'un potentiel offensif de premier plan avec Schweinsteiger, Özil, Müller au milieu, et Klose ou Gomez devant, la Mannschaft sait qu'elle ne pourra pas remporter le titre qui la fuit depuis 16 ans sans une arrière-garde solide.

"Nous avons d'excellents défenseurs centraux et beaucoup de flexibilité (dans les choix pour) la défense", a pourtant affirmé Manuel Neuer qui sera mise à rude épreuve dès samedi, à Lviv, en Ukraine, face au Portugal.

Avec Neuer dans les buts et le capitaine Philip Lahm en latéral droit ou gauche, l'Allemagne tient, en effet, deux des meilleurs joueurs du monde à leur poste. Mais le reste de la défense est bien moins impressionnant, à commencer par Jérôme Boateng, le pendant à droite de Lahm.

Joueur physique, Boateng évolue en stoppeur au Bayern Munich mais sur le côté en sélection. Outre sa technique plutôt frustre, il est parfois sujet à des sautes de concentration pendant les matches.

Quant à la charnière centrale, elle semble un éternel chantier, où les choix du sélectionneur Joachim Löw se font plutôt par défaut que par conviction.

"Tous nos défenseurs sont des joueurs expérimentés, qui savent prendre leurs responsabilités dans leurs clubs. Cela fait aussi un moment qu'on joue ensemble, et on se connaît parfaitement, les automatismes sont déjà là", a pourtant assuré Neuer.

Trois gaillards de plus d'1,90 m (Mertesacker, Badstuber et Hummels) postulent pour deux places.

Holger Badstuber est quasiment assuré de débuter l'Euro. Sans génie, mais solide et fiable, il a, en outre, des automatismes avec les deux latéraux.

A ses côtés, Mertesacker, qui appartient aux "grognards" de Löw, avec Lahm, Podolski, Schweinsteiger ou Klose, tient la corde.

Longtemps blessé cette saison, le géant (1,98 m) aux 81 sélections était complètement à court de rythme lors du naufrage de Bâle (3-5) face à la Suisse en match de préparation, mais il devrait bénéficier de la confiance de Löw, notamment du fait de sa grande expérience.

Mats Hummels, 23 ans, joueur élégant et double champion d'Allemagne en titre avec Dortmund, offre une alternative crédible, mais incarne davantage l'avenir qu'une certitude actuelle.

Présent en conférence de presse mercredi -un signe supplémentaire de sa probable titularisation-, Mertesacker a assuré se sentir bien même s'il a refusé d'endosser le rôle de patron de la défense.

Cette "question est posée à chaque grande compétition, c'est pesant. Celui qui jouera devra endosser ce rôle et prendre ses responsabilités", a-t-il dit.

En tout cas, l'Allemagne sait qu'elle ne pourra pas seulement se reposer sur le cinq de derrière tout au long de la compétition. Avec Khedira, Schweinsteiger et même Özil, qui n'a jamais rechigné devant les tâches défensives, au milieu, l'ensemble devrait tenir la route.

"L'important sera de bien défendre collectivement pour que derrière nous soyons le moins en difficulté possible. C'est cela qui déterminera si on fera une bonne performance défensive", a d'ailleurs résumé Mertesacker.

Après le Portugal, l'Allemagne affrontera les Pays-Bas, le 13 à Kharkiv, et enfin le Danemark, quatre jours plus tard.

hap/sk/grd

PLUS:afp