NOUVELLES

Création à Doha d'un fonds de 300 M USD pour soutenir la révolte en Syrie

06/06/2012 12:38 EDT | Actualisé 06/08/2012 05:12 EDT

Des hommes d'affaires syriens, réunis mercredi à Doha, ont annoncé la création d'un fonds de 300 millions de dollars pour soutenir le soulèvement contre le régime du président Bachar al-Assad.

Ce fonds est destiné à "structurer les opérations de soutien et d'appui à la révolution syrienne", a annoncé Mustapha Sabbagh, président du nouveau Syrian Business Forum (SBF).

Cette organisation, qui tenait mercredi ses assises à Doha avec la participation d'une centaine d'hommes d'affaires syriens à l'étranger, invite "tous les partisans de la révolution" à contribuer au fonds, a indiqué M. Sabbagh, sas préciser ses domaines d'intervention.

"Les hommes d'affaires en Syrie (...) apportent leur soutien clair et franc à la révolution syrienne contre le régime dictatorial" du président Assad, a ajouté M. Sabbagh qui s'exprimait lors d'une conférence de presse.

Le forum pourrait apporter une aide "médicale et technologique" à l'Armée syrienne libre (ASL), force d'opposition armée formée principalement de déserteurs, a indiqué l'homme d'affaires Khaled khouja.

"Un soutien du Forum a l'ASL interviendra dans le cadre d'une restructuration de cette armée en lui apportant des équipements médicaux et du matériel technologique pour faciliter ses contacts avec les régions" de Syrie, a dit M. Khouja lors de la conférence de presse.

Le SFB entend rallier le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition au régime syrien, a indiqué pour sa part Wael Mirza, l'un des dirigeants du Forum. "Nous préparons notre adhésion au CNS", a-t-il dit.

Le Forum s'est doté d'un conseil d'administration de 7 membres, dont trois représentent les hommes et femmes d'affaires de l'intérieur de Syrie, a indiqué son président, en annonçant des visites dans des pays donateurs, citant notamment les monarchies du Golfe.

Les hommes d'affaires syriens, regroupés auparavant en une organisation non gouvernementale, avaient apporté une aide de 150 millions de dollars "à la révolution", a encore dit M. Sabbagh sans donner de détails.

Depuis le début de la révolte populaire le 15 mars 2011 en Syrie, plus de 13.400 personnes ont été tuées, la plupart des civils tués par les forces gouvernementales, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

fb/tm/hj

PLUS:afp