NOUVELLES

Calcioscommesse - Douze mois de scandale

06/06/2012 04:14 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

Chronologie du "Calcioscommesse", le scandale des matches de football truqués qui secoue l'Italie depuis un an:

1er juin 2011: l'affaire éclate (Parquet de Crémone)

Premier coup de filet ordonné par le parquet de Crémone (nord-ouest). Seize personnes sont arrêtées, dont le capitaine de l'Atalanta Bergame, Cristiano Doni, l'ex-international Beppe Signori, et l'ancien gardien de la Cremonese (LegaPro, 3e div.) Marco Paolini.

Les faits: Paolini est accusé d'avoir empoisonné ses propres coéquipiers au Minias, un anxiolytique, avant le match contre la Paganese du 14 novembre 2010. Le pari portait sur une remontée au score de la Paganese. La combine échoue (la Cremonese gagne 2-0), mais le poison a laissé des traces et l'affaire éclate.

Le procureur de Crémone Roberto Di Martino évoque une organisation internationale, basée à Singapour et animée par des truands d'Europe de l'Est, et annonce que des matches de Serie A (1re div.) sont concernés.

9 août 2011: fin du premier procès sportif

Le procureur de la Fédération italienne de football (FIGC), Stefano Palazzi, se base sur le dossier de la première enquête. L'Atalanta écope de 6 points de pénalité, Doni de 3 ans et 6 mois de suspension, Paolini de 5 ans de suspension.

19 décembre 2011: deuxième coup de filet (Parquet de Crémone)

17 personnes arrêtées, dont Doni une seconde fois, Carlo Gervasoni et Filippo Carobbio, deux des principaux "pentiti" (repentis qui collaborent avec la police) et Luigi Sartor.

2 avril 2012: troisième coup de filet (Parquet de Bari)

20 personnes arrêtés, dont Andrea Masiello (ex-Bari, Atalanta), qui passe aux aveux.

28 mai 2012: quatrième coup de filet (Parquet de Crémone)

19 personnes arrêtées, 10 en prison, dont Stefano Mauri, le capitaine de la Lazio Rome. Domenico Criscito, cité comme témoin assisté, doit renoncer à l'Euro-2012 la veille de la publication de la liste des 23 joueurs.

31 mai: début du second procès sportif, d'après les éléments de l'enquête close en novembre 2011. 16 joueurs et 7 clubs ont négocié ("pattegiamento") leur peine. 20 mois de suspension pour Gervasoni et Carobbio, 2 points de pénalité pour l'Atalanta Bergame. Peines lourdes pour ceux qui ont refusé le "pattegiamento": 5 ans de suspension et radiation pour Sartor, Mario Cassano et Alessandro Zamperini, et 27 points de pénalité pour le club d'Albinoleffe.

eba/fka/chc/jgu

PLUS:afp