NOUVELLES

Syrie: le chef d'état-major israélien inquiet de l'instabilité sur le Golan

05/06/2012 10:32 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

Le chef d'état-major israélien, le général Benny Gantz, s'est déclaré mardi inquiet de l'instabilité croissante sur le plateau syrien du Golan provoquée par l'affaiblissement du régime de Damas.

"Conséquence des incidents en Syrie, sur le plateau du Golan, l'instabilité augmente, y compris dans la zone adjacente à la frontière (israélo-syrienne)", a déclaré le général Gantz devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement, a rapporté le porte-parole de cette commission.

"Il ne s'agit pas encore d'activités terroristes mais cela pourrait être bientôt le cas", a-t-il prévenu.

"Nous sommes plus que jamais inquiets du trafic d'armes depuis la Syrie au Hezbollah, surtout si le régime syrien s'effondre", a-t-il ajouté.

Selon le général Gantz, quelle que soit l'issue du conflit, elle sera défavorable à Israël.

"Si Assad tombe, et je pense que c'est ce qui va arriver", l'instabilité augmentera, a-t-il estimé. "Si Assad reste, il sera affaibli et nous resterons dans la même situation d'instabilité (...) Il y aura davantage d'incidents et de contrebande le long de la frontière", a-t-il expliqué.

En mai, un haut gradé israélien avait affirmé à l'AFP sous couvert de l'anonymat redouter qu'un renversement du président syrien Bachar al-Assad ne crée un vide dont Al-Qaïda pourrait profiter pour prendre pied sur le plateau du Golan.

Israël et la Syrie sont officiellement en état de guerre.

Malgré l'occupation et l'annexion par Israël du plateau syrien du Golan, une décision non reconnue par la communauté internationale, la frontière entre les deux pays n'a connu aucun incident notable depuis la fin de la guerre israélo-arabe en octobre 1973.

La Syrie est en proie depuis 15 mois à une révolte populaire réprimée dans le sang, qui s'est progressivement militarisée.

dms/sst/feb

PLUS:afp