MADRID - Une cité balnéaire géante de la côte est de l'Espagne a indiqué mardi qu'elle espère décrocher devant Madrid et Barcelone le projet controversé de construction d'Eurovegas, un gigantesque complexe de jeux et d'hôtels.

Vaste village de vacances composé d'immeubles imposants, Marina d'Or dispose en outre de 1.800 hectares de terrains constructibles, "ce qui lui permet tout à fait d'accueillir Eurovegas sans perdre son identité", indique le groupe dans un communiqué.

Il affirme en outre avoir tenu "des réunions préliminaires" avec Las Vegas Sands, le groupe du milliardaire américain Sheldon Adelson qui est derrière le projet d'Eurovegas, ainsi qu'avec d'autres investisseurs.

"Marina d'Or est convaincu de pouvoir boucler avec l'une des ces sociétés le développement d'un projet touristique qui créerait 180.000 places touristiques à 6 kilomètres d'un aéroport prêt à recevoir des vols internationaux", se targue le groupe, qui souligne pouvoir y "construire des hôtels de 40 étages".

L'aéroport cité, celui de Castellon, fait justement polémique en Espagne, l'un des symboles de la construction à outrance qui a précipité le pays dans la crise, après l'explosion de la bulle immobilière, en 2008.

Inauguré en mars 2011, il est depuis resté désert.

Et ce justement parce qu'il avait été pensé pour répondre aux besoins de "Marina d'or Golf", un gigantesque ensemble de loisirs que le groupe prévoyait de construire sur les terrains offerts aujourd'hui à Eurovegas, mais qui n'a jamais vu le jour.

La décision de Las Vegas Sands de construire ou non en Espagne était annoncée par le groupe pour "avril ou mai" mais n'a toujours pas été rendue publique.

Madrid ou Barcelone, les deux plus grandes villes d'Espagne, se disputent depuis des mois les faveurs du groupe pour attirer Eurovegas, censé créer plus de 260.000 emplois.

Le projet suscite en revanche l'opposition d'associations de citoyens dénonçant "le retour au modèle de la construction à l'excès".