NOUVELLES

Marc Bergevin a aimé que Michel Therrien veuille continuer à s'améliorer

05/06/2012 06:48 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

BROSSARD, Qc - Loin d'être une carence, le fait que Michel Therrien ait déjà dirigé le Canadien s'est avéré un atout aux yeux de Marc Bergevin. Ça, et le fait qu'il veuille continuer à s'améliorer.

«Tout le monde change. On s'améliore. On réalise tous les erreurs qu'on a commises. C'est important, a souligné le directeur général du Tricolore, mardi, quelques minutes après la portion formelle du point de presse mettant en vedette Therrien. La raison pour laquelle j'ai aimé Michel, et je l'ai constaté en discutant au téléphone avec plusieurs personnes à travers la Ligue nationale, c'est qu'il est resté en contact avec d'autres entraîneurs. Il a continué de leur parler et de leur poser des questions. Il a pris des notes et c'est important pour moi qu'il soit prêt à s'améliorer, que la personne qu'il est aujourd'hui ne soit pas la même qu'il y a 10 ans, et qu'elle ne sera probablement pas la même dans 10 ans non plus.

«Pour moi, c'est positif qu'il ait déjà été entraîneur à Montréal», avait indiqué Bergevin, plus tôt sur l'estrade de la salle de presse du Complexe sportif Bell, après avoir expliqué une première fois que c'est cette volonté de s'améliorer qui l'avait favorablement impressionné chez Therrien.

«Pour moi, c'était important de savoir qu'il avait appris de sa première fois à Montréal, qu'il avait aussi appris de son passage à Wilkes-Barre et Pittsburgh, et qu'il continue d'apprendre.»

Bergevin ne l'a pas dit de manière aussi crue, mais il a par ailleurs laissé entendre qu'il a embauché Therrien dans le but qu'il fasse le ménage dans le vestiaire. Au chapitre de l'attitude des joueurs, surtout, qui a cruellement fait défaut la saison dernière.

«Il s'agit de faire comprendre aux joueurs que l'équipe vient en premier et que l'ardeur au travail, ça ne se discute pas, a indiqué Bergevin. Tu mets tes patins et tu travailles, c'est l'évidence même. Michel, il représente ça, et c'est l'une des raisons pourquoi je l'ai choisi.»

Therrien avait obtenu des résultats à court terme à son premier séjour avec le Canadien, tout comme avec les Penguins. Bergevin a reconnu que cette qualité «n'a pas nui», mais il a aussi indiqué qu'il voyait en Therrien un candidat capable de mettre en pratique un projet à long terme.

«Je vois en Michel un gars qui va amener nos jeunes à bon port et établir une culture ici, et aussi quelqu'un avec qui on va s'améliorer d'année en année et avec qui, éventuellement, on va devenir une équipe de niveau élite.

«La capacité de s'adapter est un aspect qui est important et honnêtement, je ne savais pas à quel point Michel pouvait s'adapter, a par ailleurs expliqué le d.g. du CH. À l'occasion de mes rencontres avec lui, j'ai découvert que c'est un homme qui comprend bien que chaque situation est différente. Pour moi c'est très important, parce qu'il y a 23 joueurs dans une équipe et qu'il n'y en a pas un qui est pareil.»

Si le processus menant au choix de Therrien a été aussi long, c'est parce que la direction du Canadien a eu l'occasion de rencontrer plusieurs excellents candidats, selon Bergevin. Des candidats qu'il n'a pas voulu nommer, par respect pour Therrien et pour les hommes dont la candidature n'a pas été retenue. Bergevin a toutefois reconnu qu'il a rencontré des entraîneurs n'ayant pas encore piloté d'équipe dans la LNH.

Bergevin a expliqué qu'il a entamé le processus de rencontres des candidats sans idée préconçue, sans donner une longueur d'avance à l'un ou à l'autre. Il a abordé le tout avec un esprit tout à fait ouvert.

«Je voulais voir ce qu'ils avaient à offrir, a-t-il dit. Je voulais vraiment apprendre à connaître tous les candidats que j'ai rencontrés.»

Bergevin a reconnu qu'il entendait s'impliquer maintenant dans le choix des entraîneurs adjoints, même s'il a reconnu qu'il revenait à Therrien de gérer la composition de son personnel.

«Je vais avoir mon mot à dire, mais en bout de ligne il faut comprendre que ces gars-là (les entraîneurs) sont ensemble 24 heures par jour, sept jours par semaine. Ils voyagent ensemble, ils sont toujours ensemble, alors ils doivent être à l'aise ensemble.»

Bergevin va également s'attaquer au dossier du repêchage, et il rencontrera d'ailleurs en privé plusieurs des meilleurs espoirs la semaine prochaine. Le d.g. a indiqué qu'il va continuer de préparer ce dossier en étroite collaboration avec Trevor Timmins, comme il le fait depuis un mois. Bergevin s'est d'ailleurs dit très impressionné par le directeur de l'évaluation des joueurs du club montréalais.

«La façon dont (Timmins) dirige son repêchage et discute avec ses gens, et quand on voit à quel point les membres de son personnel se sentent à l'aise d'exprimer leur opinion... C'est remarquable», a dit Bergevin, en confirmant du même souffle qu'il entendait continuer à travailler avec Timmins bien au-delà de la séance de repêchage qui aura lieu les 22 et 23 juin à Pittsburgh.

Bergevin a par ailleurs indiqué qu'il avait déjà communiqué avec les agents de tous les joueurs du CH qui pourraient devenir autonomes le 1er juillet, avec ou sans compensation. Les négociations sont déjà bien entamées avec le clan de Carey Price et le seront très bientôt avec celui de Subban, a fait savoir le directeur général.

PLUS:pc