NOUVELLES

La Syrie déclare persona non grata plusieurs ambassadeurs occidentaux

05/06/2012 07:04 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

La Syrie a déclaré mardi "persona non grata" les ambassadeurs de plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis "en riposte" au renvoi des ambassadeurs syriens, a annoncé le ministère syrien des Affaires étrangères.

Ces diplomates ne se trouvent pas actuellement sur le sol syrien.

"La Syrie a décidé de déclarer persona non grata les ambassadeurs des Etats-Unis, de France, de Grande-Bretagne, de Suisse, de Turquie, d'Italie et d'Espagne, ainsi que les chargés d'affaires belge, bulgare, allemand et canadien", précise le ministère dans son communiqué.

Au moins 18 diplomates, en majorité occidentaux, ont été déclarés indésirables, selon le texte qui souligne toutefois que "la Syrie juge important le dialogue fondé sur les principes d'égalité et de respect mutuels entre Etats" et que "la diplomatie est un moyen nécessaire de contact pour résoudre les conflits et les problèmes en suspens".

Le ministère exprime l'espoir en outre que tous les pays qui ont pris l'initiative de congédier les ambassadeurs syriens, "adoptent ces mêmes principes, afin de permettre le retour à la normale des relations" avec la Syrie.

Le porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner, a estimé que la décision prise à l'encontre de l'ambassadeur américain Robert Ford était "vide de sens", en précisant que les Etats-Unis avaient été informés de cette mesure via l'ambassade de Pologne à Damas.

Robert Ford, qui a quitté la Syrie il y a plusieurs mois à la demande de Washington, "va continuer à prendre ou à maintenir des contacts avec l'opposition syrienne", à partir de la capitale américaine où il se trouve, a déclaré Mark Toner à la presse.

Ces derniers mois, de nombreux ambassadeurs occidentaux en poste à Damas ont quitté la Syrie, rappelés dans leurs pays pour protester contre la répression de la révolte par le régime.

Le massacre de Houla --ville du centre de la Syrie où 108 personnes dont 49 enfants ont été tués le 25 mai-- a provoqué l'indignation de la communauté internationale, conduisant de nombreux pays, comme la France, les Etats-Unis et le Japon, à expulser des représentants diplomatiques syriens dans leur capitale.

En 15 mois, les violences en Syrie ont fait plus de 13.400 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

rm-jkb/sj/sf

PLUS:afp