Jimmy Hunt : vagues de blues

Publication: Mis à jour:
JIMMY HUNT
Jimmy Hunt. (Crédit photo: Jean-François Cyr) | Jean-Francois Cyr

MONTRÉAL - A-t-on vraiment besoin de présenter l'artiste originaire de Québec apparu dans la métropole il y a maintenant une douzaine d'années; ce jeune homme à la guitare électrique et au sac rempli d'instruments, dont son inséparable harmonica ? Non, vraiment, les présentations ne sont plus à faire avec Jimmy Hunt, bien qu'il ait passablement changé ce rockeur bum séducteur transformé pour le mieux en bluesman poète, posé, poli et brillant. Chez lui, sur l'avenue Parc, discussion à propos de ses deux spectacles francoFous à venir.

Depuis ses débuts, même avec le groupe rock Chocolat, qui avait reçu à l'époque de bien bons mots, Jimmy Hunt raconte la vie, l'amour, le quotidien. À ce sujet, il a peu changé au fil du temps. C'est le ton qui varie : baveur ou sentimental, c'est selon la pièce qu'il interprète. Peu importe au fond, il offre en général des paroles colorées et des arrangements de qualité, qui flirtent d'abord avec le folk et quelque peu avec le rock. Une sorte de chanson française filtrée par des sonorités provenant de notre voisin du Sud.

À l'automne 2010, le chanteur dans la trentaine a sorti un album solo portant son nom. Plus récemment, Hunt laissait paraître un EP de trois chansons intitulé « Les vagues », question de rester connecté avec les amateurs : « J'avais de la matière à enregistrer et c'est une activité pour rester vivant en attendant la sortie de mon prochain album à paraître normalement au printemps 2013 », confie-t-il.

Bien sûr, on connaît aussi Jimmy Hunt pour ses apparitions de chanteur de charme aux côtés de Cœur de pirate, entre autres sur la chanson « Pour un infidèle » ou encore sur scène, de façon occasionnelle. La chanteuse offrira d'ailleurs deux spectacles fort symboliques durant les festivités montréalaises... Qui sait ?

On a également entendu parler de lui grâce aux divers prix qu'il a cumulés au cours des dernières années. Hunt a notamment reçu trois prix au GAMIQ (musique indépendante québécoise) 2011.

Un pont

Prochainement, l'auteur-compositeur-interprète sera en première partie du Français Jean-Louis Murat, les 8 et 9 juin au Club Soda. En duo avec Christophe Lamarche-Ledoux (Organ Mood, Rock Forest), il livrera ses textes imagés avec son attitude de romantique tordu qu'on lui attribue en général avec grand plaisir. Pourquoi? Simplement parce que de toute évidence Jimmy Hunt sait plaire aux femmes.

« On pourra y voir un pont entre ce que je fais depuis quelque temps et ce qui s'en vient dans les prochains mois », raconte le chanteur. « Un nouveau format de spectacle et des nouvelles chansons. Malgré le fait que je n'avais pas de matériel totalement neuf excepté les pièces de « Les vagues », les responsables de la programmation des Francos m'ont proposé de participer à la première de Murat. J'en suis très heureux. J'aime beaucoup l'événement. Incluant les collaborations avec Chocolat, j'en suis à ma cinquième fois au festival. »

« En 45 minutes, je devrais pouvoir jouer au moins deux morceaux de mon EP, « Les vagues » et « Ronde », en plus des chansons issues de mon dernier album... et peut-être quelques surprises. C'est ce que je considère le mieux pour ce genre de performance (première partie) », poursuit-il.

Pour le reste, Jimmy Hunt fera cinq spectacles en Belgique en juillet, possiblement d'autres en France, sans compter les autres concerts offerts ici et là au Québec durant la saison estivale.