NOUVELLES

Figurants pour la réaffirmation de la citoyenneté: le ministre change sa version

05/06/2012 02:00 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney, ne blâme plus les hauts fonctionnaires pour la controverse autour d'une cérémonie spéciale de «réaffirmation de la citoyenneté» organisée dans les studios de Sun News l'automne dernier.

M. Kenney avait critiqué les hauts fonctionnaires de son ministère après qu'il eut été révélé que six d'entre eux avaient pris place aux côtés de Néo-Canadiens lors de la cérémonie télévisée, en octobre.

Mais le ton était bien différent, mardi, alors que La Presse Canadienne a fait état de la version des événements des hauts fonctionnaires — selon lesquels Sun News Network a pris part à la décision de faire jouer à des employés du ministère de l'Immigration le rôle de Néo-Canadiens lors de la cérémonie.

Au cours de la télédiffusion par Sun News, les animateurs avaient fait référence à des Néo-Canadiens ayant «finalement» obtenu leur citoyenneté.

Le cabinet du ministre Kenney avait martelé que ni la chaîne ni le ministre ne savait que des participants à la cérémonie étaient des figurants. Sun News a elle aussi soutenu que ses téléspectateurs avaient été «trompés» par un haut fonctionnaire du ministère.

Les partis d'opposition à Ottawa ont réclamé mardi des excuses de M. Kenney à l'endroit des hauts fonctionnaires.

«À chacune des cérémonies de citoyenneté, les Canadiens sont invités à réaffirmer, incluant les fonctionnaires», a-t-il soutenu.

«Dans ce cas, les hauts fonctionnaires n'avaient pu accueillir suffisamment de Néo-Canadiens pour remplir le studio, alors certains d'entre eux ont réaffirmé leur citoyenneté, ce qui était parfaitement normal et légitime», a simplement fait valoir le ministre.

M. Kenney n'a fait aucune mention de la chaîne de nouvelles Sun News.

En octobre dernier, six fonctionnaires ont joué le rôle de nouveaux citoyens canadiens, aux côtés de trois ou quatre véritables Néo-Canadiens, lors d'une cérémonie spéciale de «réaffirmation de la citoyenneté» organisée dans les studios de Sun News.

L'animateur de Sun News a constamment référé aux participants comme étant des «nouveaux citoyens canadiens», même si le juge qui présidait la cérémonie avait précisé que les participants ne faisaient que réaffirmer leur citoyenneté.

Quand La Presse Canadienne a demandé en février dernier pourquoi des employés de l'Immigration avaient joué les figurants, le ministère a commencé à examiner ce qui s'était passé ce jour-là. Et un courriel a circulé auprès des hauts fonctionnaires.

«Pour clarifier les choses, (nom ou noms biffés) de Sun TV savait que des employés du ministère allaient remplacer des citoyens qui prévoyaient venir mais qui ne se sont pas présentés», a écrit un fonctionnaire, dont le nom a été biffé parce que le texto a été envoyé avec la messagerie PIN de BlackBerry.

«C'était une décision de dernière minute, prise juste avant d'aller en ondes par les Comms (communications) et par (nom de Sun News biffé), lorsque les citoyens ne se sont pas présentés. Il semble également que les animateurs de l'émission n'avaient pas été informés correctement, car ils ont répété que de nouveaux citoyens prêtaient serment ce jour-là.»

Une heure plus tôt, dans un courriel, un employé du cabinet de M. Kenney indiquait, sous l'objet «Ce que nous allons dire» à propos de la mise en scène: «Nous ne le savions pas. Sun TV n'était pas au courant».

Les réponses fournies à La Presse Canadienne cet après-midi-là allaient dans le même sens. «Les fonctionnaires ont pris des décisions sans nous en informer, ou en informer Sun News», avait indiqué la porte-parole de M. Kenney, Candice Malcolm. «Ils étaient bien intentionnés, mais nous aurions préféré qu'ils agissent autrement. Nous allons nous assurer que ça ne se reproduise plus.»

Le matin suivant, lorsque l'histoire a été publiée, le cabinet de M. Kenney a maintenu le cap auprès des médias et sur Twitter, répétant que Sun News ne savait pas que des employés du ministère participaient à la cérémonie.

«Les fonctionnaires de l'Immigration n'ont pas informé Sun News de la présence d'employés du ministère pour la cérémonie. Ils ne nous l'ont pas dit non plus, et nous aurions aimé le savoir», a écrit, sur son compte Twitter, la directrice de la planification stratégique de M. Kenney, Kasra Nejatian.

Le même matin, sur les ondes de Sun News, Mme Malcolm a présenté ses excuses. «Des fonctionnaires organisaient l'événement et j'imagine que ce matin-là, ils ont eu un problème, et plutôt que d'en parler à notre cabinet et à Sun News, ils ont décidé d'envoyer leurs propres employés à la cérémonie», a-t-elle expliqué.

Pendant la période de questions aux Communes cette même journée, M. Kenney a également jeté le blâme sur les fonctionnaires.

Au même moment, au ministère, des hauts fonctionnaires préparaient une réponse pour la presse. «Sun Media savait que seulement trois Néo-Canadiens s'étaient présentés à la cérémonie. Comme tout Canadien peut réaffirmer sa citoyenneté, la chaîne s'était vu donner le choix d'utiliser aussi des fonctionnaires pour son émission», lisait-on dans le communiqué du ministère. «Sun News a choisi de mettre en ondes plus de participants que moins, et en toute bonne foi, nous avons conclu que Sun TV savait que ces personnes supplémentaires étaient des figurants.»

En fin de journée, cette version ministérielle, d'abord approuvée par le sous-ministre, a été écartée. Les hauts fonctionnaires ont alors appris que c'était le cabinet du ministre qui prenait dorénavant les choses en mains.

«Oubliez ça — je croyais qu'on avait le feu vert, mais les membres du cabinet du ministre ont décidé qu'ils seraient les seuls à parler de cette histoire», a finalement écrit Bridget Nardi, une conseillère en communications au ministère. «Nous avons essayé. Je suis désolée. C'est très décevant.»

Lundi dernier, la nouvelle porte-parole de M. Kenney, Alexis Pavlich, a soutenu que le cabinet du ministre avait été informé de la position initiale du ministère après les excuses présentées à Sun News. «Puisqu'on ne pouvait pas prouver que Sun News était au courant, et puisque notre cabinet n'avait pas été informé de l'affaire, nous avons estimé que nous ne pouvions pas dire que Sun News était au courant de l'entente», a écrit Mme Pavlich dans un courriel.

«Comme la plupart des journalistes, nous essayons d'obtenir plus d'une source pour étayer notre information.»

Invité lundi à commenter ces nouveaux éléments, le porte-parole de Sun News, Luc Lavoie, a répondu dans un courriel que la chaîne avait déjà examiné toute l'affaire, et que l'incident était clos.

PLUS:pc