NOUVELLES

Depuis l’avènement du rock, nos vies n’ont plus jamais été les mêmes

05/06/2012 10:03 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - «L’Incroyable histoire du rock», volumineux documentaire de la BBC débute en 1963. Les baby-boomers se souviendront du virement de mentalité qui accompagnait ces nouveaux rythmes de musique «indisciplinée». La société jusqu’alors silencieuse, soumise et disciplinée, relevait enfin la tête et s’emparait du droit d’être vivante, sexuée et capable de s’exprimer, de casser la baraque, quoi!

Ce grand bouleversement s’est donc initialement articulé par la musique. Dans les années 1960, le «rhythm and blues» se démultiplie pour donner naissance à des groupes tels que les Rolling Stones, Cream, The Who, et ouvrir une ère marquée par des icônes ayant Jimi Hendrix en tête de liste. Puis suivirent Genesis, Pink Floyd, David Bowie, alors que les «hippies», adeptes du «peace and love» poussaient l’audace et le défoulement jusqu’à vivre nus au grand jour s’abreuvant de poésie et de musique psychédélique. Nous étions loin du mois de Marie et de la procession de la Fête-Dieu.

La série comporte sept émissions d’une heure qui franchissent les différentes époques du rock jusqu’à 2007. Du rock art, punk, heavy metal, alternatif et indie britannique, s’écoulent une cinquantaine d’années toujours scandées depuis par le même thème: «I can’t get no Satisfaction». À Télé-Québec, à compter de ce dimanche, 20h et en rediffusion le mercredi 13 juin, à minuit et le vendredi 15 juin, 14h.

Dieu a aussi créé les femmes

Bien que remis en question depuis des décennies, le célibat des prêtres, décrié par une bonne proportion de l’opinion publique se heurte à l’intransigeance de la volonté papale. Les religieux se doivent entièrement à leur vocation et ne sauraient entretenir des devoirs conjugaux et familiaux au détriment de leurs ouailles. Sauf que...

Dans les faits, «La vie amoureuse des prêtres» semble très active pour un certain nombre d’entre eux. Ce secret si bien gardé empêche d’évaluer l’étendue de la «pratique» mais force est de constater que le «phénomène» touche plusieurs d’entre eux. Selon Kilien de Witte qui a dû renoncer à ses fonctions de religieux pour épouser celle qu’il aime, regrette cette scission entre amour de Dieu et amour de l’autre. Dieu n’est-il pas en chacun de nous, hommes et femmes, selon les préceptes de l’Église catholique-romaine? Par contre, Sébastien Brière, nouvellement ordonné prêtre, qui a connu la vie de couple avant d’entrer en religion, maintient qu’il lui serait impossible de servir Dieu comme il se doit, s’il était amoureusement engagé.

Il semble même qu’à cause de la rareté des vocations, certains évêques accepteront la double vie du prêtre, en autant que ce dernier demeure discret. Selon les Écritures, l’interdiction du mariage des prêtres n’a rien de théologique mais relèverait plutôt d’une mesure disciplinaire. À «Télé Réalité», le lundi 11 juin, 22h, à TV5.

Il y a tout juste un an... Claude Léveillée

C’est le 9 juin 2011 que Claude Léveillée s’est tourné vers l’«Intemporel», terrassé par un troisième et fatal AVC. ARTV a voulu souligner ce premier triste anniversaire en diffusant, ce dimanche, 19h, le spectacle au cours duquel Daniel Bélanger, Isabelle Boulay, André Gagnon, Robert Charlebois, Pascale Montpetit, Marie Philippe et Mimi Blais, pianiste, lui rendaient un vibrant hommage, c’était en 2003. Puis, à 20h, au «Plaisir croît avec l’usage», Paul Buissonneau, Luce Dufault, Marie-Jo Thério, Richard Séguin, Karen Young et d’autres, sur l’invitation de René Richard Cyr, étaient venus lui témoigner leur affection.

C’est parti pour l’été: «Les Chefs» allument leurs fours le lundi 11 juin, 20h, à Radio-Canada. Accompagnés par Daniel Vézina et Julie Bélanger, les 13 nouveaux candidats qui détiennent tous une solide expérience en cuisine, se mesureront aux exigences du chef Vézina sous l’oeil et l’appréciation imperturbable de Jean-Luc Boulay, Pasquale Vari et Normand Laprise, les juges qui débusqueront les plus prometteurs.

Pour amateurs de sensations fortes, «La Cible», version de la série américaine «Human Target» met en vedette Mark Valley, Chi McBride et Jackie Earle Haley. Formé par des mercenaires entraînés à tuer, Christopher Chance offre ses services à quiconque se croit en danger de mort et désire assurer sa protection. Pour y arriver, Christopher empruntera différentes identités et pourra compter sur ses associés, Winston et Guerrero. À TVA, le mardi 12 juin, 20h.

À RADIO-CANADA: Raymond Bouchard, David Boutin et Benoît Brière s’activent à Sainte-Marie-La-Mauderne, village voué à la fermeture si on ne convainc pas un médecin à venir y vivre, répondant ainsi aux exigences d’une entreprise prête à s’implanter dans ce coin perdu, et en assurer du coup la survie. «La Grande Séduction», ce samedi, 20h. Le vendredi 15 juin, à 19h, nous assistons à la mise en scène d’un jeune rebelle qui, pour se venger de la brutalité d’un policier, entreprend de séduire sa fille. «La rage de vivre» (Remember Me), mettant en vedette Robert Pattinson, Emilie de Ravin et Pierce Brosnan.

À TÉLÉ-QUÉBEC: soirée animée chez «Belle et Bum», ce samedi, 21h. On y retrouve Catherine Major, Daniel Lavoie, Steve Hill, la guitariste Paule Magnan, Shawn Barker (The Man in Black) et Geneviève Rochette au «Piano à gogo». «Il faut sauver le soldat Ryan», le presque chef-d’oeuvre de Steven Spielberg, met en vedette Tom Hanks, Edward Burns et Tom Sizemore. En France, lors de la Seconde Guerre mondiale, un commando américain recherche intensément le soldat Ryan, seul survivant de quatre fils dont trois morts au combat, le jeudi 14 juin, 21h.

À RDI: entretenir un plan de tomates sur son balcon, c’est poétique, mais entreprendre d’élever poules et lapins sur le Plateau ou dans Hochelaga-Maisonneuve, c’est une autre histoire. À «109 / Aux oiseaux», on évalue cette nouvelle option urbaine que réclament les uns mais qu’abhorrent les autres, ce samedi 11h30 et 19h30. À Haïti, les familles très pauvres envoient leurs enfants servir chez les plus riches où, très souvent, ils deviennent des victimes dont on abuse honteusement. Le cas de Julianise, 13 ans, résume le sort qu’on réserve aux «Restaveks», le mardi 12 juin, 20h.

À ARTV: «Roxanne», «Every Little Thing She Does is Magic», «Every Breath you Take» font partie du répertoire de «Sting en concert à Berlin», qu’on peut voir et entendre, le lundi 11 juin, 20h. Gunther, 13 ans, vit avec son père, sa grand-mère et trois oncles, en Belgique. Les Strobbe, véritables «Bougon» du village, représentent une menace pour l’évolution de l’adolescent. Survient une assistante sociale qui veut modifier le destin du jeune homme. «La merditude des choses», le vendredi 15 juin, 23h30.

À MUSIMAX: soleil, sable, surf, sont l’apanage des Beach Boys qui, dans les années 1960, ont lancé une nouvelle vague musicale sur laquelle, on continue de surfer chaque été. Mais bien qu’inspirant liberté et joie de vivre, l’histoire de cette formation recèle de nombreuses difficultés, de tensions et de succès mal gérés. À «Musicographie: les Beach Boys», le vendredi 15 juin, 21h.

PLUS:pc