Le dépeceur présumé ne s'opposera pas à son extradition au Canada

Publication: Mis à jour:

BERLIN - Luka Rocco Magnotta, le Canadien soupçonné d'avoir tué et dépecé un étudiant chinois à Montréal, ne s'opposera pas à son extradition vers le Canada, a indiqué mardi le parquet de Berlin, au lendemain de son arrestation dans la capitale allemande.

Le jeune homme de 29 ans a été présenté à un juge qui a confirmé son arrestation. Le tueur présumé "a dit qu'il ne s'opposerait pas à son extradition", a déclaré à l'AFP un porte-parole du parquet, Martin Steltner, en précisant que la procédure d'extradition vers le Canada pourrait durer "quelques jours".

Luka Rocco Magnotta a été transféré mardi après-midi dans l'une des principales prisons de la ville, dans le quartier de Moabit. Il était auparavant détenu au commissariat principal dans le centre de Berlin.

La justice allemande a demandé au Canada de lui fournir les documents pour son extradition. "Nous attendons ces documents et sitôt arrivés, un juge va se prononcer sur une extradition. On s'attend à ce qu'elle soit validée", a indiqué le porte-parole, précisant que la procédure durait "habituellement quelques jours".

Interrogée par l'AFP, l'ambassade du Canada à Berlin n'a pas souhaité commenter ce dossier. "Les autorités canadiennes et allemandes travaillent ensemble et les représentants de la justice aussi", a simplement indiqué une porte-parole.

Ancien acteur de films pornographiques, Luka Rocco Magnotta, également connu sous les noms d'Eric Clinton Newman ou Vladimir Romanov, est accusé de meurtre prémédité et d'outrage à cadavre.

Il aurait perpétré cet assassinat dans la nuit du 24 au 25 mai, avant de partir pour la France le 26 mai et d'entamer ainsi une cavale de dix jours, notamment à Paris et dans ses alentours.

A son arrivée en France, il s'était installé dans un hôtel modeste de banlieue à Bagnolet avant de partir en bus, le 31 mai au soir, vers la capitale allemande.

Les médias canadiens l'ont surnommé "Canadian Psycho", car une vidéo insoutenable publiée sur internet qui montre le meurtre à l'aide d'un pic à glace d'un homme ligoté, puis le dépeçage de son corps, est accompagnée par une chanson du film "American Psycho".

Des morceaux du corps avaient été envoyés par la poste à des partis politiques canadiens.

La victime était un étudiant chinois trentenaire originaire de Wuhan dans la province du Hubei (centre de la Chine), avec qui, selon la police canadienne, il semblait avoir une relation sexuelle.

Mais d'après la presse chinoise, le jeune homme n'était pas le compagnon de son meurtrier présumé.

Luka Rocco Magnotta avait été arrêté lundi dans un cybercafé berlinois par une patrouille de police prévenue par un témoin qui avait reconnu le suspect. Il n'a pas opposé de résistance.

Vêtu d'une veste à capuche noire et portant des lunettes de soleil, il était en train de lire des informations sur sa cavale sur un écran au moment de son arrestation, a indiqué un autre témoin au site internet du Spiegel.

Le jeune homme avait effectué son voyage à Berlin sous une fausse identité en utilisant le nom de Tramell, a précisé la police française. Catherine Tramell est un personnage de fiction joué par l'actrice américaine Sharon Stone dans le film Basic Instinct de Paul Verhoeven en 1992.

Dans ce film, cette romancière est soupçonnée du meurtre de son amant, la rock star Johnny Boz, à coups de pic à glace, dans des circonstances similaires à celles décrites dans l'un des romans policiers qu'elle a écrits.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Luka Rocco Magnotta
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Le "dépeceur" pas opposé à son extradition

Dépeceur canadien: Luka Rocco Magnotta attendra «quelques jours ...

Luka Rocco Magnotta ne s'opposera pas à son extradition

Le dépeceur canadien présumé mardi devant un magistrat

Le dépeceur canadien présumé arrêté à Berlin après 10 jours de cavale

Le dépeceur présumé devant un juge en attendant d'être extradé au ...

Le dépeceur canadien présumé arrêté à Berlin

Le dépeceur canadien présumé présenté mardi devant un magistrat