NOUVELLES

Au moins 19 personnes tuées dans des violences au Nigeria

05/06/2012 09:00 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

MAIDUGURI, Nigeria - Une fusillade de plusieurs heures ponctuée par des explosions a ébranlé une ville du nord-est du Nigeria mardi, tandis que dans une autre ville du nord, des hommes armés ont attaqué la police, ont annoncé les autorités. Ces violences ont fait au moins 19 morts, d'après des responsables.

Les attaques, que les autorités attribuent à la secte islamiste Boko Haram, ont touché les villes de Kano et de Maiduguri. Les combats les plus violents se sont produits à Maiduguri, où des soldats ont échangé des tirs avec de présumés membres de la secte pendant plusieurs heures alors que des explosions retentissaient dans la ville, selon des témoins.

Un porte-parole militaire, le colonel Victor Ebhaleme, a déclaré aux journalistes mardi soir que toutes les personnes tuées étaient «des terroristes de Boko Haram» et que l'armée n'avait subi aucune perte.

Les soldats ont saisi des armes et des munitions lors de l'opération, qui visait des zones de la ville soupçonnées de servir de refuge aux membres de la secte, a indiqué le colonel Ebhaleme.

Mais un homme qui vit dans le quartier où s'est déroulée la fusillade a affirmé que des civils avaient été atteints par des balles perdues. Ce témoin a réclamé l'anonymat par crainte de représailles des militaires ou des islamistes.

Le quartier en question, appelé Lawan Bukar, est situé près du palais du chef traditionnel de la région. C'est dans ce quartier que de présumés membres de Boko Haram ont récemment décapité deux civils et tué par balle un politicien.

Pendant ce temps, à Kano, des hommes armés soupçonnés d'être liés à Boko Haram ont ouvert le feu et tué l'inspecteur général de la police fédérale ainsi que deux autres policiers.

Un porte-parole de la police de la ville, Rilwan Mohammed, a confirmé que l'attaque s'était produite, mais n'a pas voulu donner de détails.

PLUS:pc